Blackout du Net en France

Anti-loi du marché

La « loi du marché » dont on nous bassine sans cesse est censée équilibrer les forces entre celui qui a et celui veut, entre celui qui a un besoin et celui qui dispose de la ressource pour le satisfaire. Selon certains c’est même cette prétendue « loi du marché » qui serait garante de notre démocratie.

La Loi qui, elle, est garante de notre démocratie a pour seul but de protéger le plus faible du pouvoir du plus fort. Le plus fort n’a point besoin de lois pour sa défense : il a la force… Imaginez un loup invoquant une loi pour demander à un mouton de se laisser manger… Le faible, lui, a besoin de lois pour se protéger du plus fort.

La « loi du marché » tend à définir l’équité des échanges commerciaux en régulant les tarifs grâce à l’offre et la demande. Si un produit X est trop cher , il recevra peu de demandes, il deviendra abondant et son prix baissera jusqu’à ce qu’il soit au bon tarif. Inversement, si un produit Y est trop peu cher il verra sa demande augmenter, ses stocks diminuer et sa rareté fera augmenter son tarif. Belle démonstration pour une belle théorie, une utopie…

Le présupposé indispensable à l’efficacité de cette « loi » est que l’acheteur et le vendeur sont égaux en pouvoir mais aussi que l’acheteur a encore un stock suffisant lui permettant de reporter son achat et que le vendeur à une trésorerie suffisamment importante pour lui permettre de différer sa .

Imaginons que M. Paul ait besoin de 3kg de patates pour finir sa semaine, mais qu’il en ait encore 250kg en stock. Même si sur le marché la patate est rare et la demande forte, il va pouvoir différer son achat jusqu’à ce que face à la baisse des ventes et de sa trésorerie le marchand baisse le prix de la patate. La loi du marché n’équilibre pas la différence de pouvoir entre un monsieur Paul fort d’un important stock de patates et un Monsieur Pierre, marchand à la trésorerie un peu faible, devant payer ses créances. La « loi » du marché ne remplit donc pas ici le rôle d’une loi, protéger le faible du fort.

Imaginons maintenant que M. Jacques, aux fins de mois difficiles depuis sa retraite, ait lui aussi besoin de 3kg de patates, seulement même au fond de sa cave, nulle patate…il sera contraint de faire son achat sur l’instant. Imaginons qu’il s’adresse à Charles, un très bon marchand , plein de succès qui dispose d’une bonne trésorerie avec un coussin confortable… lui n’est pas pressé de vendre et pourra maintenir des prix élevés. La « loi » du marché ne protégera pas le pauvre Jacques qui sera contraint d’acheter les patates au prix que Charles voudra bien lui vendre. La loi du marché ne remplit pas son rôle de protéger le faible Jacques devant la force du marchand Charles.

Et si les patates en vente étaient surabondantes ? Les prix baisseraient nous avons dis… Monsieur Paul sachant que les patates se conservent d’une saison jusqu’à l’autre pourra augmenter son stock et ainsi les payer à bas prix. Monsieur Pierre ne sera toujours pas protégé face à la force de son client qui viendra lui acheter ses patates au moment ou elles sont le moins cher. Et Monsieur Jacques ? Sans doute paiera-t-il ses patates moins cher : mais, comme il ne dispose pas de la trésorerie nécessaire, il ne pourra pas constituer de stock. Son bénéfice sera nul. Une fois de plus la « loi » du marché ne remplit pas son rôle.

Et si la patate se fait rare ? Même si les commerçants viennent parfois à manquer de trésorerie, on empreinte plus facilement de l’argent que des patates. Ainsi un marchand peut emprunter pour ne pas vendre ses patates au moment ou elles sont peu chères et attendre un moment plus favorable…M. Jacques poussé par la faim achètera donc ses patates au prix fort, victime de la loi du plus fort. Et encore une fois la loi du marché ne joue plus son rôle.

Nous voyons par des exemples simple que la « loi » du marché ne remplit pas du tout le rôle d’une « loi » car elle ne protège pas le faible contre le fort. Mais de plus on voit que dans un système financier tel le notre qui prête à celui qui a, des patates ou des sous, la loi du marché revient en fait à favoriser le plus fort face au plus faible, c’est lui qui fixe les conditions et le moment de la transaction. Dans notre société financière la « loi du marché » est donc une anti-loi puisqu’elle protège le plus fort, celui qui a du stock ou de la trésorerie face au plus faible, celui qui est à court de patates ou de trésorerie.

La « loi » du marché n’est donc une « loi » qu’au sens de constatation impuissante comme dans « loi de la jungle », pas du tout comme une loi démocratique visant à protéger le faible. Au niveau Loi, législative, la « loi » du marché se présente en fait, dans notre système, plutôt comme une anti-loi puisqu’elle remplit le rôle inverse de celui que l’on confie habituellement aux lois, protéger le faible face au fort.

Jo.


Laisser une réponse.

  • Inscription
  • *

    • Nuage de tags

    •  

      • 2016 (1)
      • 2015 (5)
      • 2013 (5)
      • 2011 (1)
      • 2010 (27)
      • 2009 (155)
      • 2008 (9)
    • ACTA