Blackout du Net en France

Charlie Hebdo perd un lecteur occasionnel

je suis (abonné à) CharlieÇa fait longtemps que le gout de la caricature et de l’irrévérence me font acheter occasionnellement Charlie Hebdo. Au gré d’une couverture attirante ou d’un besoin de distraction, parfois même de la nécessité d’une soupape de décompression et d’autres fois sans raison particulière.

J’ai toujours ressenti sympathie et attirance pour ce petit journal politiquement tout à fait incorrect et le revendiquant. Mais voilà je n’irai plus au kiosque acheter Charlie…

Charlie c’est drôle (souvent), grossier (réguliérement), plein de talent, et parfois blessant. Quand ça souligne vos travers, vos exagérations ou vos illogismes en particulier. Quand ça bouscule vos croyances et superstitions surtout. Quand ça chahute vos convictions les plus intimes et ce même si, comme moi, vous êtes politiquement proches de beaucoup de membres de la rédaction…il n’est pas rare que Charlie vous égratigne les certitudes ou l’égo. C’est normal Charlie se moque de tout et se moque même de Charlie.

Oh bien sûr j’ai parfois eu du mal avec certaines décisions ou orientations. J’ai été triste de voir la rupture avec Siné. Je me suis senti trompé (mais qui suis-je pour ça ?) en découvrant les choix de carrière de Val et encore plus devant les décisions qu’il a prises ensuite. Etc… mais je ne suis pas là pour m’étaler là dessus.

Charlie ne se prend pas au sérieux, pas pour déconner, non, non de façon très sérieuse…il n’y a peut-être rien de plus sérieux que l’obstination qu’a Charlie de ne pas se prendre au sérieux. En veillant toujours à ça Charlie est salvateur. Contre tous les abus et les obscurantismes Charlie nous protège. La liberté d’expression, la liberté de blasphémer ne s’usent que quand on ne s’en sert pas. Et on a tellement pris l’habitude de la fermer, les excuses ne manquent pas : c’est pas mes oignons, je ne voudrais froisser personne, qui suis-je pour l’ouvrir, y a Lagaf sur TF1, oh et puis tant que j’ai mon canapé moi la vie l’avis des gens, hein…

bannière CharlieAlors on se tait, on perd l’habitude de bousculer les certitudes, de rembarrer les moralisateurs de toutes crémeries, de moquer la bienpensance…et il reste Charlie, salvateur, à qui on délègue notre tâche d’user de la liberté de parole, de blasphème, pour la préserver. Il reste Charlie car contrairement à ce qu’affirme l’adage il n’y a qu’en parlant aux cons qu’on a une chance de finir par les instruire.

Ensuite vient l’innommable. Une poignée d’illuminés mal éclairés, pas des lumières donc, se persuadent que leur ami imaginaire a besoin d’eux. Pour une vengeance sanguinaire. Leur superstition leur dicte de supprimer des vies bien réelles. Les vies des chers dépositaires de NOTRE liberté d’expression, de notre besoin d’irrévérence, de notre droit inaliénable à rire de TOUT.

Alors que faire ? Serai-je demain plus fort qu’hier, plus vigilant qu’avant ? Userai-je demain enfin assez de mes droits pour les protéger ? Et vous ? Le ferez-vous ? Le ferons nous ? Rien n’est moins sûr.

Tout ce que le pays contient de bonnes, et moins bonnes, volontés se soulève pour crier son indignation, sa colère, sa peine. Et l’on se rend compte de ce dont ces tarés on voulu nous priver. Et c’est salvateur. Charlie n’est en aucun cas un messie mais encore une fois l’esprit de Charlie accomplit ce que de vieux livres appelleraient un miracle.

Saurais-je m’indigner et moquer à la juste mesure de toutes les tentatives abjectes de récupération de cette horreur par tous ces politiques et religieux qui jusque là n’avaient de cesse de reprocher à Charlie son manque permanent de révérence, de respect des croyances et mythologies, de respect des fonctions et des images. Ils sont tous maintenant à déclamer « Je suis Charlie » quand j’ai encore du mal à oser un timide « je suis Charlie ». Non, je ne crois pas tout seul en être capable et je vais déléguer encore une fois à Luz, à Willem, à Riss (bon rétablissement), à Gérard Biard, à Patrick Pelloux, à Laurent Léger la mission de rire de tout ce qu’on penser de l’opération de communication que je vomis (oui Patrick je sais, une I.V. de Primpéran® et au lit).

Alors je remercie encore les morts d’hier et d’avant. Les dessinateurs et chroniqueurs mitraillés, les pères fondateurs d’Hara-Kiri, journal interdit par la république de ce pays qui pleure aujourd’hui la mort de ceux qui en avait survécu. Bien sûr il n’y a rien de comparable entre la décision administrative d’une république laïque et la violence d’un homicide (multiple ici) fanatique. Si les actes différent radicalement, c’est quand même la deuxième fois qu’on essaie de tuer ce qu’ont commencé à fonder Cavanna et le Pr Choron à l’aube des années soixante.

Je ne peux cependant oublier comment, aussi, l’état français a, il y a certes fort longtemps, accordé à une autorité religieuse la mort, et pire encore, d’un jeune homme pour blasphème. Quand l’obscurantisme est confié aux illuminés : il ne reste aucune place pour l’irrévérence, aucune primauté du droit de vivre sur le devoir de la fermer.

bannière CharlieJ’ai une pensée pour les victimes collatérales de cette ignominie, les protecteurs armés de notre état de droit, les autres victimes juste au mauvais endroit, au mauvais moment, les victimes de leur amitié avec des membres de l’équipe de Charlie.

J’ai aussi une pensée pour ceux que leur a désigné comme les cibles de l’autre partie, pas moins immonde, de cette attaque.

Enfin puisque tout seul je serai incapable d’user assez de mes libertés pour les garder. Plus qu’un simple don financier j’aimerai leur souffler une peu de volonté et de courage, les encourager à se remettre en selle… Je renouvelle ma confiance en Charlie et je leur affirme ma foi en leur capacité à surmonter cette épreuve en leur confiant une avance de trésorerie et une mission : m’envoyer chaque semaine une bonne dose de rire, d’insoumission, de blasphème, de cul et de tout ce qui peut faire chier les cons de tous bords. A part des vannes, faut rien lâcher.

Je ne suis plus un lecteur occasionnel de Charlie Hebdo : je suis abonné à Charlie Hebdo.

Jo

PS : pour vous abonner aussi ça peut-être ou ou encore …ou sinon vous cherchez, vous pouvez-même télécharger une application ou faire un don par le site Charlie.

 


Laisser une réponse.

  • Inscription
  • *

    • Nuage de tags

    •  

      • 2016 (1)
      • 2015 (5)
      • 2013 (5)
      • 2011 (1)
      • 2010 (27)
      • 2009 (155)
      • 2008 (9)
    • ACTA