Blackout du Net en France

Les médecins, les séniors et la conduite…

Cliquez pour lire l article de ouest-france

Cliquez pour lire l article de ouest-france

Les séniors ne veulent pas arrêter de conduire…comme les enfants ne veulent pas non plus arrêter de dessiner sur les murs de la cuisine. La différence c’est que si il est « relativement » assez facile de contraindre un enfant à respecter une interdiction, il en va tout autrement quand il s’agit de demander à un sénior d’être prudent…

Comme nous l’apprenons dans Ouest-France (avez-vous remarqué la variété des sources ?) nos ancêtres ont reçu sur ce point le soutient des non moins séniors représentants du conseil de l’ordre des médecins.

En 2006, l’académie de médecine affirmait qu’un million de conducteurs étaient inaptes à la conduite et avaient donc demandé une exception au secret médical pour pouvoir signaler aux autorités compétentes les conducteurs dangereux, du fait de leur incapacité physique.

« Cela n’aurait pas été opportun, affirme le Dr Deseur, vice-président de la section exercice professionnel au conseil national de l’Ordre. Le risque aurait été que ces personnes ne consultent plus. »

C’est vrai qu’un médecin signalant la dangerosité au volant d’un de ses patients prend le risque de ne plus le voir en consultation…alors qu’en ne le signalant pas il a de bonnes chances d’avoir encore plus d’occasions de le voir : consultation à la sortie du service de chirurgie, rééducation, nouvelles pathologies dues aux séquelles et qui sait…peut-être une chance de voir aussi en consultation les éventuels passagers du fameux conducteur.

Remarquez : il est vrai que sur le long terme cette logique n’est plus tout à fait valable car une clientèle qui vit moins longtemps est une clientèle qu’il faut renouveler plus tôt. Mais le long terme de nos jours n’est pas plus ici qu’en terme d’environnement une notion très courue. Alors deux consultations de plus cette année, ça parait plus important que 10 ans de consultations de plus. Un peu comme en ces temps de crise « majeure » les dividendes sont quand même versés aux actionnaires…

Mais le conseil de l’ordre (cette organisation complètement anachronique et anti-démocratique ou le médecin ne peut être jugé que par ses pairs) a la parade :

« Il s’agirait de formaliser la déclaration d’absence de pathologie« 

Invitant le conducteur à signaler si il est incapable de conduire…ils font semblant par la même d’ignorer que si le sénior avait la lucidité nécessaire pour signaler ses pathologies incompatibles avec la conduite il aurait aussi celle d’arrêter de conduire. Je vois bien le patient atteint d’Alzheimer répondant à la question :

« Avez-vous une maladie incompatible avec la conduite? »

Un peu de sérieux, messieurs dames du conseil de l’ordre, un peu de lucidité, si les médecins ne prennent pas aujourd’hui leurs responsabilités, ne pourront-ils pas un jour être considérés comme responsables ?

Il reste bien sûr que les séniors, nous dit-on, restent une des catégories les moins dangereuses sur la route. On oublie toujours de nous préciser que c’est uniquement du au peu de kilomètres parcourus et que si les statistiques sont ramenées au kilomètre parcouru ces fameux séniors (nos sages) sont aussi dangereux que nos jeunes conducteurs (ces fous)…Or le port du « A » est obligatoire, par contre certains séniors poussent le vice jusqu’à ne pas mettre de béret pour ne pas se faire repérer, d’autres utilisant même des voitures de sport ou autres cabriolets pour mieux surprendre le conducteur (ou piéton) arrivant en face ou à l’intersection et qui croira avoir été vu…

Par pitié messieurs dames du conseil de l’ordre, même si cela fait des lustres que vous n’avez pas fréquenté ses bancs, écoutez les remarques de l’académie de médecine…

Schijo.


Laisser une réponse.

  • Inscription
  • *

    • Nuage de tags

    •  

      • 2016 (1)
      • 2015 (5)
      • 2013 (5)
      • 2011 (1)
      • 2010 (27)
      • 2009 (155)
      • 2008 (9)
    • ACTA