Blackout du Net en France

Pourquoi je n’utiliserai plus Facebook

visuel Facebook bigbrother Lien vers l'article Un article d’Hugo Roy.

C’est pas de moi, vous vous en doutez bien, je n’ai pas de compte Facebook. J’ai dès le départ été assez réfractaire à Facebook. L’idée même qu’un seul service ait autant de succès concentré en un seul système centralisé m’a tout de suite semblé…dangereux. Un admin tout puissant contrôlant autant d’information sur autant de gens et pouvant décider de façon complétement unilatérale ce qu’il en fait…ça suffirait à justifier les scénari d’au moins une dizaine de films de science fiction particulièrement effrayants.

L’Internet, c’est simplement l’interconnection (la somme) des réseaux et postes terminaux qui y sont raccordés. Cette architecture permet de placer tout un chacun sur un pied d’égalité. Internet est un réseau absolument égalitaire ou tous les utilisateurs traitent de pair à pair. Avec un minimum d’apprentissage et de rigueur, il est techniquement possible pour tout un chacun d’héberger son serveur de messagerie, son serveur (pour y placer un ou des sites) un serveur XMPP pour la messagerie instantanée et tout un tas de services grâce à la multitude de logiciels libres développés pour.

Facebook, comme le portail de votre fournisseur d’accès, participe d’une autre idée que celle fondatrice d’Internet, une idée opposée. Tout ce qui vise à orienter votre navigation sur le web, comme plus largement votre usage d’Internet vous éloigne d’un usage personnel et maitrisé de cette source mondiale d’information et de service. Vous éloigne de votre liberté d’utiliser et de construire votre petite partie d’Internet, qui réponds à vos besoins, vos envies, vos aspirations.

Facebook vous permet de vous tenir informé des dernières nouvelles « d’amis » à qui vous n’avez plus rendu visite depuis des années, à qui vous n’avez plus le courage d’envoyer un message, que vous n’appelez plus. Facebook vous permet de découvrir les amis de vos amis vous promettant ainsi d’élargir votre cercle relationnel, comme si les amis de vos amis devaient forcément être vos amis…comme si, si ils avaient vraiment les qualités nécessaires à la création de cette relation, ils ne seraient pas déjà vos amis depuis longtemps.

Facebook parce qu’il oriente votre découverte de nouveaux « amis », vous éloigne de tous ceux qu’il ne vous présente pas. Les débuts d’Internet, à travers les newsgroups par exemple, c’était autour de points d’intérêts, un peu à la façon des forums. Là vous échangiez des idées et des arguments avec de parfaits inconnus qui partageaient avec vous uniquement l’intérêt sur un sujet précis. Parfois les points de vue convergeaient, à force d’entraide, une solidarité se construisait et ainsi des contacts directs se nouaient, et persistent encore. Pas à la façon des amis de la vraie vie et pourtant selon les mêmes schémas. Ce n’est pas parce qu’une de vos connaissances avait un apriori positif sur une des siennes qu’il devenait votre « ami », c’était parce que vous partagiez réellement des centres d’intérêt.

Faire confiance à Facebook pour agrandir son réseau c’est tout simplement avoir davantage confiance en un algorithme qu’en ses capacités de recherche, en ses propres capacités de socialisation. Je comprends qu’un newbie ait besoin d’une aide pour commencer à explorer l’Internet (surtout le Web au début), je ne comprends pas qu’un utilisateur expérimenté se laisse capter par une infime partie du Web (celle qu’on surnomme à raison le Minitel 2.0) et finisse par ne plus voir Internet qu’à travers le portail d’un fournisseur de service Web. Je suis aussi toujours sidéré de voir les détracteurs de l’assistanat, ceux qui pourfendent nos avancées sociales (et les affligent d’une foule de défauts), utiliser et défendre des services tels que Facebook, car il ne s’agit que de ça un assistanat à construire votre réseau, à exploiter l’information (avec les défauts inhérents). Là où l’autonomie est la seule garantie de confiance, de fiabilité, de vérité et surtout de liberté on se laisse, par centaines de millions, capter par un système qui présente certes des intérêts mais surtout tant de défauts que l’utilisateur/acteur devrait rester infiniment plus critique à son égard.

Je vous rassure l’article d’Hugo Roy est beaucoup mieux construit et ne traite que de respect de la , je vous invite à le lire que vous ayez compris ou pas le message contenu dans ce billet.

Jo.


Laisser une réponse.

  • Inscription
  • *

    • Nuage de tags

    •  

      • 2016 (1)
      • 2015 (5)
      • 2013 (5)
      • 2011 (1)
      • 2010 (27)
      • 2009 (155)
      • 2008 (9)
    • ACTA