Blackout du Net en France

RealTV à la prison…

Personne n’y a échappé, avant les fêtes il faut bien penser un peu aux autres alors tous vos journaux reprennent en chœur la nouvelle : des détenus sont parvenus à filmer Fleury Mérogis de l’intérieur ! Des réalisateurs ont décidé d’en faire un film documentaire qui sera peut-être diffusé ultérieurement…quand on pourra vous dire « ça c’était il y a des années, aujourd’hui tout à changé ».

A quoi bon tous ces commentateurs offusqués qui semblent découvrir aujourd’hui les conditions épouvantables de détention, telles que si on réservait le même sort à des animaux la SPA porterait plainte ? Les prisons françaises sont dans un état déplorable, surpeuplées, abandonnées… l’OIP ne cesse de tirer la sonnette d’alarme depuis des années, mais jamais au grand jamais un grand débat sur la détention :

une en France c’est juste une cage dans laquelle on mets celui qui ne s’est pas soumis aux lois de la république et pires sont les conditions, plus ça le dissuadera d’y retourner…

Depuis tant d’années que dans tant de pays ce modèle a prouvé son inefficacité nous en sommes toujours là : prétendre que des conditions de détention inhumaines serait LA solution pour amener les délinquants et criminels à « rentrer dans le droit chemin ». C’est sûr : envoyer un jeune pratiquant du vol alimentaire à l’étalage en prison alors qu’on n’a jamais vraiment essayé de lui donner d’autres moyens de se nourrir ça le renseigne sur l’état de notre société, sur la valeur des devises inscrites au fronton de la république « liberté, égalité, fraternité ».

Liberté de subir les lois iniques votées par ceux qui bénéficient de l’immunité. Liberté de payer toujours et encore plus pour un système sécuritaire pas même foutu de garantir la sécurité des moyens de survie pour chacun…elles sont belles les caméras de vidéo surveillance qui veillent sur votre voiture flambant neuve, la vitrine du bijoutier et restent aveugles devant le SDF qui se meurt de faim et de froid. Elle est belle la liberté qui raccompagne à la frontière le grand-père qui a été chercher à la sortie de l’école sa petite-fille française. Elle s’exprime au plus haut niveau la liberté à Fleury Mérogis, comme dans n’importe quelle prison ou autre centre de « rétention »…

Égalité quand celui qui, par ses détournements et abus de biens sociaux, aura plongé des milliers de familles dans la misère se retrouve bénéficiaire d’une suite royale dans le quartier VIP à la santé et quand le crève la faim qui aura juste chapardé pour se nourrir se retrouve parqué entre un tueur et un violeur dans une cellule prévue pour une seule personne. Égalité quand celui qui a fait le plus de mal à la société reçoit les égards des médias, se voit convier sur les plateaux de télés dès sa sortie et quand le petit délinquant est re-balancé dans la rue sans autre moyen de subsistance que ceux jugés illégaux par ceux qui ne sont pas soumis à la loi.

Fraternité quand on enferme ses concitoyens dans des oubliettes où l’on ne laisserait pas entrer son chien, où l’on ne laisserait pas son voisin enfermer un animal sans appeler la SPA.

Les personnes qui sont condamnées à des peines de prison ont pour la plupart commis une faute préjudiciable à la société et la règle est que celle-ci les condamne à une peine d’enfermement pour tenter d’obtenir réparation de son préjudice. Si, le fait que quelqu’un soit enfermé est capable d’apporter réparation à la société, j’aimerais que l’on m’explique par quel principe : un détenu ne rapporte rien à la société ni au pays, un détenu coûte de l’argent, un détenu n’a pas d’action sur la société puisqu’il en est complétement exclu. S’il ne peut, de part son état de détenu, agir sur la société, il ne peut apporter réparation de quoi que ce soit. Il est juste là pour satisfaire le besoin de vengeance qu’éprouve le public face au préjudice qu’il a, éventuellement, subi.

Depuis tant de siècles que les lois et les sanctions existent, pourquoi n’avons nous jamais eu de débat majeur sur la sanction pénale, ses buts et ses fondements ? Au 21ème siècle seule la solution de l’enfermement qui n’a cessé de démontrer son inefficacité reste envisagée par le législateur. Rien n’est réfléchi ou tenté pour trouver des sanctions qui permettraient effectivement à l’ex détenu de dire « j’ai payé ma dette, la société et moi sommes quittes ». Tout par contre est fait pour que le délinquant subisse toute sa vie le poids d’une faute, faute qui a été commise parce que la société n’a pas réussi à convaincre l’individu de la pertinence de ses règles. Car c’est de cela qu’il s’agit : comment dans la prévention, mais aussi dans la répression, la société peut-elle convaincre l’individu que ses lois ont un sens et qu’il est de l’intérêt commun, donc aussi de la somme des ‘intérêts individuels, que celles-ci soient respectées.

Une sanction devrait être constructrice, notre système carcéral est destructeur, en cela il empêche l’individu de se construire une personnalité en accord avec les règles de la société. Essayer de « rééduquer » les délinquants et criminels avec notre prison c’est comme essayer d’éteindre un feu avec de l’essence.


Laisser une réponse.

  • Inscription
  • *

    • Nuage de tags

    •  

      • 2016 (1)
      • 2015 (5)
      • 2013 (5)
      • 2011 (1)
      • 2010 (27)
      • 2009 (155)
      • 2008 (9)
    • ACTA