Blackout du Net en France

Posts Taggués avec ‘arnaque’

Indochine : « nous n’avons signé aucune pétition défendant l’Hadopi »

Fièrement, la ministre de la Culture Christine Albanel a brandit à l’Assemblée Nationale à plusieurs reprises la pétition de la Sacem qui assure que 10.000 artistes sont favorables au projet de loi Création et Internet, ce qui justifierait de mettre tout en oeuvre pour l’adopter, y compris contre le respect des droits de la défense. Parmi les noms listés dans cette pétition figurait celui du leader du groupe Indochine, Nicola Sirkis.

Or, comme nous l’ont signalé plusieurs lecteurs, le groupe dément. « Contrairement à ce qui est annoncé sur certains sites (j’aimelesartistes) soutenant la loi Hadopi, Nicola Sirkis et Indochine ne soutiennent en rien cette loi et n’ont signé aucune pétition la défendant« , explique Indochine sur son site officiel. « La position du groupe et de Nicola a toujours été très claire sur ce sujet« .

Ca n’est pas le premier quiproquo du genre, puisque déjà DJ Cut Killer s’était élevé contre l’exploitation de son image sur le site Jaimelesartistes.fr, alors qu’il n’est pas favorable à la riposte graduée, contrairement à ce que laissait croire le site de propagande du ministère de la Culture.

On ne s’étonnera pas de voir arrriver sur la pétition des noms d’artistes qui ne soutiennent pas la répression contre le piratage par la suspension des abonnements à Internet. Lorsque la Sacem a lancé sa pétition, Numerama avait en effet pointé du doigt la méthode, en parlant de « pétition faussée« . Le texte de la pétition ne parlait pas du tout du contenu du projet de loi, puisqu’il se contentait du message suivant : « Mesdames et Messieurs les parlementaires, pour assurer la juste protection de leurs droits et le respect de la valeur de leur travail, pour concilier les atouts d’Internet et la diversité musicale, les artistes, les créateurs et tous les acteurs de la filière de la musique soutiennent le projet de loi « Création et Internet ». Ils vous demandent solennellement d’adopter ce projet de loi« .

Il est donc possible que Nicola Sirkis ait souhaité « assurer la juste protection » de ses droits et du « respect de la valeur de leur travail« , et même « concilier les atouts d’Internet et de la diversité musicale« , sans réaliser que ce qu’on lui demandait de signer visait à avertir et condamner massivement des internautes, sans preuve, sans moyen de défense, et sans rémunération supplémentaire pour les artistes. Indoche assure toutefois n’avoir rien signé du tout, pas même une pétition faussée.

Lors de la précédente pétition de la Sacem, pour la loi DADVSI, des artistes s’étaient déjà plaints d’apparaître sur la pétition pro-DADVSI de la Sacem sans avoir mémoire d’avoir signé quoi que ce soit. Selon une source proche du dossier, certaines maisons de disques s’étaient contentées de faxer d’office la liste de leurs artistes pour les ajouter à la pétition, sans les consulter au préalable. On ne peut toutefois pas croire que la maison de disques de Nicola Sirkis, Sony Music, a eu recours à ce genre de procédés contestables pour la pétition sur l’Hadopi.

Article diffusé sous licence Creative Common by-nc-nd 2.0, écrit par Guillaume Champeau pour Numerama.com

Après DJ Cutkiller et Indochine combien d’autres fausses signatures sur cette pétition ? Déjà que vu les réponses aux mails Tryo n’a visiblement rien compris à la question posée…




‘La poule’ vend 100.000 disques chez Sony et se retrouve au RMI !


Musique Numérique –


Mais qu’est-ce qui peut bien pousser des artistes comme Radiohead, Nine Inch Nails ou Saul Williams à préférer s’associer aux internautes pirates plutôt qu’aux maisons de disques qui ne leur veulent pourtant que fortune et célébrité ? Pour la célébrité, c’est bon. Pour la fortune, c’est moins sûr. Ou comment en direct sur Europe 1, un artiste signé chez Sony BMG raconte en larmes qu’il se retrouve au RMI après avoir vendu cette année plus de 100.000 disques…





Vous l’avez sûrement entendu au moins une fois. Ce fut l’un des tubes de l’année, parfaitement orchestré entre M6 et Sony BMG. Chanté depuis 2004 par Sébasto, « Fais la poule » est propulsé sur le devant de la scène dans l’émission « Incroyables Talents » sur M6, le 16 novembre 2006. Ceux qui ont vu l’émission se souviennent que la chanson (du genre de celles qui tournent en boucle dans la tête une fois qu’on l’a entendue) était matraquée à l’antenne, plusieurs fois par émission. Le but, bien sûr, était de créer chez les spectateurs le désir de retrouver la chanson dans les bacs et de l’acheter dès que possible :





Le buzz a parfaitement fonctionné, et le disque sort deux mois plus tard, le 29 janvier chez Sony BMG. Le clip est diffusé sur Internet par Wideo (filiale de M6) dès le 3 janvier :





Les ventes décollent, comme prévu. Tout était parfait. Sébasto, jusqu’alors chanteur enthousiaste mais totalement inconnu, est aux anges. Selon ses propres chiffres, il aurait vendu 108.000 singles de « Fais la poule », 30.000 « La Cantine » (son deuxième single), 116.000 compilations et 17.000 téléchargements. La semaine suivant sa sortie, le titre se hisse directement en troisième position des disques les mieux vendus, et atteint la deuxième place la semaine suivante. Sébasto et sa poule restent sept semaines de suite dans le top 10 français.


Moins d’un an plus tard, Sébasto demande et obtient le RMI. Entre temps, il a reçu son premier relevé de royalties. Ses gains, dit-il, s’élèvent à 477 euros, auxquels il faut ajouter des avances, « mais quand même minimes aussi ».


Comment est-ce possible ?


Malheureusement, si ce genre d’histoires se raconte peu dans les grands médias, elles sont choses courantes. Simplifions beaucoup les choses. Pour bien comprendre comment une maison de disques fonctionne, il faut la comparer à une banque qui prête de l’argent à l’artiste qui souhaite enregistrer un disque, et qu’il va falloir rembourser. La maison de disques commence donc par avancer l’argent pour la production de l’album et provisionne les frais marketing. L’artiste donne alors une partie de la somme reçue pour la production au manager, et au producteur (qui est souvent lié à la maison de disques). Il ne lui reste alors pour vivre, entre la signature du contrat et la sortie de l’album, que la différence restante. Souvent pas grand chose, puisque l’artiste est fortemment incité à dépenser au maximum dans la production. Ensuite, il faut rembourser la somme prêtée, plusieurs dizaines de milliers d’euros, voire plusieurs centaines de milliers en fonction des artistes et des albums. Et le remboursement est prélevé directement sur le paiement des royalties. Ce que touche l’artiste en bout de course n’est donc que l’éventuelle partie des royalties qui dépasse le montant du prêt. Sauf que. Les contrats sont en général ficelés pour obliger à la production de plusieurs albums (ou singles)… et la maison de disques s’octroie par contrat le droit de prélever sur les royalties à verser pour l’album précédent la somme à prêter pour l’album suivant. Ce qui fait qu’un artiste peut enchaîner plusieurs albums dans une même maison de disques sans jamais voir la couleur de ses royalties. Ca peut durer comme ça plus de dix ans pour trois albums, surtout que les maisons de disques connaissent des tas d’astuces pour repousser l’enregistrement et la sortie des albums.


Voilà sans doute pourquoi Sébasto, qui n’a probablement lu de son contrat que l’article prévoyant environ 8 % des revenus net, se retrouve avec un simple chèque de 477 euros après avoir vendu plus de 100.000 singles. Il aurait de toute façon eu toutes les peines à comprendre son contrat s’il l’avait lu, tant la rédaction d’un contrat d’édition est faite pour brouiller les pistes. C’est au manager de bien conseiller son client. Mais selon le témoignage de Sébasto, ses managers se seraient assurés la part du lion avec 60 % de frais sur toutes les avances et 42 % sur les ventes de disques ! Des sommes que les managers, eux, ne doivent pas rembourser à la maison de disques. Porter plainte ? Trop long, trop cher, pour un résultat trop incertain. Le contrat fait loi.


Voilà pourquoi des artistes comme Radiohead, Nine Inch Nails ou Saul Williams quittent aujourd’hui les maisons de disques. Et pourquoi ils devraient être de plus en plus nombreux à se passer du prestige d’une signature chez Sony BMG ou quelqu’autre label.


Article diffusé sous licence Creative Common by-nc-nd 2.0, écrit par Guillaume Champeau pour Numerama.com




Le spyware imposé par l’Hadopi sera incompatible avec le logiciel libre



Société 2.0 –


D’après le texte du projet de loi Création et Internet, les internautes qui protègent leur accès avec les outils de filtrage labellisés par l’Hadopi pourront s’exonérer de toute responsabilité s’ils sont sanctionnés. Mais pour s’assurer que les filtres sont bien activés, le gouvernement prévoit d’instaurer une communication permanente entre le logiciel et un serveur central. Selon les professionnels du logiciel libre, c’est imposer de fait une obligation d’installer des logiciels propriétaires.



L’APRIL, qui défend le logiciel libre en France, s’inquiète des conséquences du projet de loi Création et Internet dont « une des finalités est d’imposer des logiciels propriétaires de filtrage sur le poste client« .


L’association s’appuie sur un rapport communiqué par le Conseil Général des Télécommunications (CGTI) au ministère de la Culture, et présenté par Jean Berdinau, l’actuel secrétaire général de l’Autorité de Régulation des Mesures Techniques de Protection (ARMT), appelée à devenir la Haute Autorité pour la diffusion et la protection des oeuvres sur Internet (Hadopi). Dans ce rapport, le CGTI indique que la loi vise à « mener à bref délai une expérimentation portant sur le filtrage sur le poste client synchronisé avec un serveur central« .


Il préconise ainsi en substance d’établir une communication permanente entre l’ordinateur et l’Hadopi, pour que l’Hadopi puisse savoir à tout moment si l’outil de filtrage qu’elle impose était activé ou non au moment de l’infraction présumée (voir à ce sujet notre article du 27 cotobre 2008). La loi prévoit en effet d’exonérer ceux qui ont installé des solutions de filtrage sur leur ordinateur, mais encore faut-il avoir la possibilité de démontrer qu’ils étaient installés et activés au moment où l’accès à Internet était prétendument utilisé pour pirater.


« Plus clairement, estime l’April, il s’agit de faire installer un mouchard filtrant sur les ordinateurs de tous les internautes qui craignent de se voir accuser par l’HADOPI, soit parce qu’ils sont incapables de sécuriser leurs bornes wi-fi, soit tout simplement parce qu’ils sont conscients que l’adresse IP n’est pas une donnée qu’ils peuvent sécuriser« .


L’April accuse Jean Berdinau de relayer « les demandes surréalistes des lobbies du divertissement, faisant par là même le jeu des éditeurs de systèmes propriétaires que sont Microsoft et Apple et plus généralement de l’« informatique déloyale » du « Trusted Computing Group »« , dont l’objectif est « la prise de contrôle à distance de l’ordinateur de l’utilisateur« .


« Voudrait-on rendre les logiciels propriétaires obligatoires qu’on ne s’y prendrait pas mieux« , redoute l’association. « Il serait en effet absurde de prétendre filtrer les communications d’un utilisateur de système libre. « Logiciel Libre et dispositifs de contrôle d’usage, de surveillance et de filtrage fermés sont ontologiquement incompatibles. Comme cela a été maintes fois expliqué lors des débats sur la loi DADVSI, sur un système libre, l’utilisateur a le contrôle de sa machine et peut neutraliser tout mécanisme visant à le contrôler ou à le surveiller. »


Si la loi est adoptée en l’état, « les utilisateurs de systèmes libres se retrouveront dans une insécurité juridique discriminatoire intolérable« .


L’April appelle donc « tous les citoyens attachés au Logiciel Libre » à contacter leur député, « pour qu’ils s’opposent au déjà disproportionné projet HADOPI« .


Article diffusé sous licence Creative Common by-nc-nd 2.0, écrit par Guillaume Champeau pour Numerama.com

Allez encore une bonne raison de choisir les logiciels libres…

Jo




Plusieurs articles sur la « loi » HADOPI

Plusieurs articles sur la « loi » HADOPI

Article de la Quadrature du Net

Article de la Quadrature du Net


Un autre :
Article de l APRIL

Article de l APRIL




Pourquoi le BlackOut ?

Car la pire tentative de censure d’internet dans le monde dit « démocratique » est en marche.

Car la repression des échanges de fichiers protégés par le droit d’auteur va être confiée aux organismes privés qui sont interressés par ce droit d’auteur.

Flyer :

qdn_flyer_blackout_hadopi_v103

Et pour ceux qui ne savent toujours pas ouvrir ouvrir le format normalisé ODT :

qdn_flyer_blackout_hadopi_v103




BlackOut !




Riposte à la riposte graduée…

Quasiment tout le monde a entendu parler de la riposte graduée (un des dispositifs de la Loi HADOPI). Ce projet défend l’idée d’un mécanisme de mesures coercitives en trois étapes pour s’assurer que les supporsés téléchargeurs arrêtent de télécharger, la troisième étape étant la clôture de l’abonnement internet de l’abonné, sans jugement et sans aucune certitude que l’abonné est bien le téléchargeur en cause, si toutefois il y en a un.

Si l’on voit déjà, d’après ce bref descriptif que la graduation de cette riposte est sacrément extrême, les moyens employés pour faire adopter cet ensemble de lois sont eux tout à fait malsains. Entre les liens très étroits entre les rédacteurs et les supposées victimes, la fourniture de matériel de propagande par les toujours supposées victimes, la falsification des chiffres…une bien triste idée de la démocratie. Tout porte à croire que cette loi HADOPI a du pire…

Votre serviteur n’a pas de compte FACEBOOK et sera même peut-être le dernier à rester étranger à ces réseaux sociaux…il salue quand même l’initiative de NUMÉRAMA et KASSANDRE PROD…

Pour l’ouverture d’une enquête parlementaire contre Christine Albanel !
Société 2.0 –

Et si Christine Albanel faisait l’objet d’une enquête parlementaire destinée à vérifier son indépendance vis à vis des lobbys culturels lorsqu’elle défend devant le Parlement la riposte graduée et son projet de loi Création et Internet ? Numerama liste toute une série de comportements sujets à interrogations, qui tendent à mettre en doute la sincérité et l’indépendance du gouvernement sur ce dossier.

Faites le savoir sur Facebook : rejoignez le groupe « Pour l’ouverture d’une enquête parlementaire contre Christine Albanel »

Le porte-parole de l’UMP Frédéric Lefebvre a dit mardi qu’il demandait l’ouverture d’une commission parlementaire à l’encontre des sites de streaming qui diffusent des films sans l’autorisation des ayants droit. Pourquoi pas. Mais il nous semble qu’en retour, une commission parlementaire à l’encontre de Christine Albanel s’impose, tant il devient chaque jour plus évident que la ministre de la Culture ne souhaite servir les intérêts que d’un petit nombre de grandes entreprises culturelles, sans se soucier de l’intérêt du public… le tout à grand renfort d’omissions, de déformations voire de mensonges qui font peser des doutes sérieux sur son indépendance.

Passons sur le projet de loi Création et Internet lui-même, dont on sait qu’il émerge moins des brillants cerveaux des juristes du ministère de la Culture, que de celui des lobbyistes de l’IFPI, le puissant groupe de pression international des majors du disque. Les VRP du lobby se sont rendus aux quatre coins du monde pour vendre leur idée de sanction en trois étapes, qui a été rapidement achetée par la France. Jusqu’ici, on ne peut reprocher au gouvernement et à Christine Albanel de prendre à son compte ce qu’elle croit être une bonne idée. Pourquoi pas.

Mais en revanche, il est tout une liste de faits objectifs que l’on peut reprocher à Christine Albanel dans la conduite de son projet de loi, qui prêtent à croire qu’elle ne vise qu’à servir les intérêts de quelques puissants lobbys industriels sans accepter et exposer les arguments de la société civile.

Alors qu’elle était auditionnée mardi par la commission des lois et des affaires culturelles, la ministre de la Culture a d’ailleurs prétendu bénéficier d’un large soutien populaire, en écartant d’un revers de la main une soit-disante « agitation entretenue par quelques groupuscules« . Voilà donc à quoi se résument, pour Christine Albanel, les 39.000 signataires d’une pétition contre la riposte graduée, la CNIL, l’ARCEP, l’ISOC, Free, le Contrôleur européen à la Protection des Données (CEPD), le Parlement Européen, la Commission Européenne, l’UFC-Que Choisir, la Quadrature du Net et d’autres « groupuscules » attachés à la défense des droits fondamentaux et notamment des droits de la défense.

Notre Petit Larousse le dit bien, le mot « groupuscule » est un terme péjoratif, qui désigne un « petit groupe politique plus ou moins organisé« . Il est associé généralement à l’idée de « groupuscules extrêmistes ».

A deux semaines du début programmé des débats sur le projet de loi Création et Internet, il serait souhaitable de mettre à plat les motivations réelles de Christine Albanel lors d’une audition parlementaire, où elle pourrait se justifier de notre liste de (mé)faits susceptibles de mettre en doute son indépendance.

La liste ne demande bien sûr qu’à être complétée grâce à vos commentaires si notre mémoire nous fait défaut :

  • En octobre 2007, alors qu’elle n’en a pas les pouvoirs, Christine Albanel fait du chantage à Free pour obtenir la fermeture d’un service d’échange de fichiers contre l’accès à la 4ème licence 3G.
  • L’an dernier, pour justifier de la lutte contre le piratage à grande échelle, Christine Albanel affirme dans un communiqué que 500.000 emplois représentés par les artistes et l’industrie culturelle sont menacés. Or lorsque Numerama a démontré d’après les propres documents du ministère qu’en tirant très fort sur la corde on obtenait au mieux 157.000 emplois culturels dont 100.000 (sic) pour la publicité, le ministère n’a jamais voulu répondre en détail à nos demandes d’éclaircissement.
  • En novembre 2008, peu avant le débat au Sénat, la ministre de la Culture ouvre un site de propagande pour défendre le projet de loi Création et Internet, Jaimelesartistes.fr. Le site compte de nombreux lobbys parmi ses partenaires, qui sont finalement (mal) masqués pour ne pas risquer la polémique. Certains des lobbys fournissent des contenus au site. D’autres participent peut-être à son financement.
  • Toujours sur ce site, le ministère de la Culture invite les visiteurs à signer la pétition coordonnée par la SACEM, une société privée d’auteurs, de compositeurs et d’éditeurs de disques. Un beau mélange des genres.
  • Toujours dans la même période, le ministère envoie massivement des messages non sollicités aux internautes pour leur demander d’aller consulter le site de propagande. A l’appui du message, le ministère communique des évaluations chiffrées de l’ampleur du piratage, qui tous sans exception sont tirées d’études commandées ou réalisées par des lobbys de l’industrie culturelle. Ni le message ni le site ne le précisent.
  • A aucun moment le ministère ne fait état de ses propres études réalisées en interne. Il a pourtant à sa disposition le Département des Etudes, de la Prospective et des Statistiques (DEPS). Mais il est vrai que ses études sont moins spectaculaires et ne vont pas dans le sens des lobbys
  • Idem pour les études de chercheurs indépendants, qui ne sont jamais citées.
  • Dans l’enceinte-même du Parlement, devant les sénateurs, Christine Albanel a repris les mêmes chiffres catastrophistes, sans préciser aux élus qu’ils étaient issus d’études mandatées par des groupes privés qui ont intérêt à voir la loi votée. Cette ommission a pu conduire les sénateurs à croire la situation plus grave qu’elle ne l’est en réalité, et à voter une loi qu’ils n’auraient pas adopté avec d’autres chiffres plus réalistes.
  • Toujours au Sénat, Christine Albanel a fait référence à un sondage censé démontrer la popularité de la riposte graduée, sans préciser ni que le sondage était commandé par un lobby du disque, ni que dans la question posée aux Français la suspension de l’abonnement à Internet était opposée à la peine d’emprisonnement prévue dans le code pénal pour l’ensemble des contrefaçons.
  • Lors du débat au Parlement et dans diverses interventions publiques, elle prétend que le retrait des DRM par les maisons de disques est un effort réalisé par anticipation du vote de la riposte graduée alors qu’il s’agit d’une décision mondiale prise par les maison de disques qui ont enfin réalisé que les DRM ne faisaient pas vendre plus d’albums, mais moins.
  • Lors de son audition en commission devant les députés, Christine Albanel a assuré que le piratage en Nouvelle-Zélande avait diminué grâce à la riposte graduée. Or la riposte graduée n’était pas encore appliquée en NZ, et ne le sera peut-être, que dans des conditions beaucoup plus restrictives qu’en France ! Lors du débat au Sénat, Mme Albanel avait également fait part des exemples américains et britanniques, alors que la RIAA cherche encore des FAI prêts à collaborer aux Etats-Unis, et que la Grande-Bretagne ne souhaite pas déconnecter les pirates présumés.
  • Non contente que la mission sur la lutte contre le piratage fut confiée au patron de la FNAC de l’époque, Christine Albanel a demandé à l’omniprésent professeur Pierre Sirinelli de diriger une mission similaire de concertation pour le filtrage du web 2.0. Or le Pr. Sirinelli a travaillé en 2007 pour le lobby français du disque à la rédaction d’un rapport préconisant le filtrage, ce qui devrait suffire à démontrer un conflit d’intérêt.
  • Christine Albanel continue sans cesse de se référer aux accords de l’Elysée négociés par Denis Olivennes, alors-même que l’un des principaux signataires, Free, a fustigé la méthode employée et renié la substance des accords.
  • Elle refuse de taper du poing sur la table contre les industries du cinéma sur la chronologie des médias, alors-même que consommateurs, sénateurs et députés l’exigent depuis plusieurs années.
  • Elle feint d’ignorer totalement les problèmes graves posés par son projet de loi, tels que les risques d’accuser un innocent ou l’impossibilité pour une personne sanctionnée de prouver matériellement sa bonne foi.
  • Elle nie le fait que l’accès à Internet puisse être un droit fondamental en Europe qui ne peut être violé que par ordre d’un tribunal, quand même bien même les députés européens ne cessent de le répéter.

Madame Albanel, il serait bien de vous en expliquer. Et aux députés de l’exiger.

Article diffusé sous licence Creative Common by-nc-nd 2.0, écrit par Guillaume Champeau pour Numerama.com

A propos de Christine ALBANEL :

Votez pour (ou contre) la loi HadopiHadopi : Christine Albanel, piètre avocate de son projet de loi
Sur le chateau de VersaillesQuand les Enarques Innovent !!!

A propos des français « champions du piratage » selon la sinistre muspecte :

Hall of shame : le TOP 10 des pays pirates

Hall of shame : le TOP 10 des pays pirates

Schijo




SarkoTV, les réactions aux réactions…

Chacun a le droit d’être réactionnaire un coup de temps en temps, votre fidèle Schijo aussi.

Les réactions à Gauche (modérée) :

Olivier Besancenot, porte-parole de la LCR :

« Pendant 90 minutes hier soir, on a simplement obtenu 90 bonnes raisons supplémentaires de se mobiliser face à la politique de Nicolas Sarkozy ». Il n’y a pas eu de « tournant social » dans le discours de Nicolas Sarkozy. « Les solutions pour les victimes de la crise, il n’en a pas parlé ». Le président de la République a certes parlé de « partage du profit », un dossier sur lequel « le gouvernement est extrêmement actif », « il a été élu par 53% de la population mais ses mesures concrètes ne sont faites que pour 7% de la population privilégiée ». La fin annoncée de la taxe professionnelle, n’est qu’un « cadeau supplémentaire » offert par un gouvernement qui a décidé « cadeaux fiscaux sur cadeaux fiscaux ». (Déclaration, vendredi 6 février)

Encore un petit effort Olivier et tu pourra paraître combatif, plus le temps passe et moins tes interventions me semblent virulentes…reste une vérité : la première phrase citée, bien qu’on en avait pas besoin de ces 90 raisons, on en a déjà des milliards (et en euros).

Marie-George Buffet, secrétaire nationale du PCF :

« Je trouve que c’est assez lamentable, sa prestation ». « Il y a avait une véritable attente sur le pouvoir d’achat, sur les salaires et le président n’a absolument pas répondu à cela ». « J’espère qu’après » cette intervention, « il y a aura de nouveau des grandes mobilisations » dans la foulée de celle du 29 janvier, « parce que vraiment, on a l’impression qu’il n’a pour l’instant rien entendu ». Elle estime que cette mobilisation doit se faire avant la réunion du 18 février avec les syndicats annoncée par le chef de l’Etat, car « si on attend sans bouger je ne pense pas qu’on obtiendra les augmentations de salaires nécessaires, les réformes de la fiscalité nécessaires ». « Il n’y a rien de concret » sur le plan social, « par contre il y a une mesure concrète »: la suppression de la taxe professionnelle en 2010 qui représente « 8 milliards de cadeaux aux patrons ». Elle a aussi reproché à Nicolas Sarkozy de parler « des classes moyennes en évoquant les gens au Smic », tout en reconnaissant que la suppression de la première tranche de l’impôt sur le revenu était « une bonne mesure ». (Déclaration, vendredi 6 février)

Déjà Marie-Georges, je peux te dire que la prestation n’était pas lamentable…ce qui est lamentable c’est ce que vous avez fait du PCF depuis que vous avez décidé que le comunisme c’était trop à gauche pour le PCF. Je partage toutefois ton espoir de « grandes mobilisations » et comme toi je la souhaite avant le 18 février, l’idéal serait hier même. Je trouve que tu fais preuve d’une grande clairvoyance en prédisant que si rien ne bouge, rien ne se fera…Lapalisse doit en être tout bouleversé. Tu prends un peu trop la parole présidentielle pour parole d’évangile car la suppression de la taxe pro c’est pas 8 comme annoncé mais 25,5 milliards d’euros (en 2006, d’après la Commission permanente de concertation pour l’industrie). Sarkozaure (ben vi c’est un moderne à rebours qui veut nous ramener au temps de l’esclavagisme) parle classe moyenne pour les gens au SMIC, c’est juste une prédiction car si vous ne vous secouez pas un peu les puces c’est bien ce qui va arriver, la proportion de salariés au SMIC ou très proche ne cesse de croitre… Si en plus tu en oublies les règles de bases d’un impôt solidaire et égalitaire tu peux effectivement applaudir la suppression de la première d’impôt sur le revenu, impôt direct et proportionnel, qui sera n’en doutons pas compensée par une nouvelle taxe indirecte à taux fixe, toujours beaucoup plus inégalitaire ! C’est quand même fou ce que ça permet d’avoir à la tête d’un parti COMMUNISTE quelqu’un qui n’a jamais lu le moindre ouvrage de gauche !

Le Parti de gauche (PG), dissidence du parti de centre droit:

« Nicolas Sarkozy s’entête et enfume. (…) il a cherché pendant 90 minutes à profiter de la crise pour justifier sa politique tout en bottant en touche face aux demandes des Français ». (Déclaration, jeudi 5 février)

Avec un peu plus d’analyse politique on aurait pu apprendre quelquechose…vous avez rédigé cette réaction avant l’intervention télé-imposée ou quoi ?

Nathalie Arthaud et Arlette Laguiller (t’es plus en retraite ? Chouette !), Lutte ouvrière (LO) :

« Ceux parmi les travailleurs, les chômeurs, les retraités, qui n’attendaient rien du discours de Sarkozy ce soir n’auront pas été déçus. Sarkozy n’avait rien à leur dire, si ce n’est quelques mots hypocrites de compassion ». (Déclaration, jeudi 5 février)

Ca commence comme une pub de la française des jeux et ça finit comme une description de la française du je…pas mal. Mais tant qu’à faire vous auriez pu ajouter que ceux qui n’ont pas regardé ont gagné un peu plus de 90′ de temps de vie.

Au centre-droit :

François Hollande, l’ancien patron du PS :

« Il fallait bien qu’après cette mobilisation forte, après le succès de cette journée » du 29 janvier « il y ait une ouverture de négociations et pas simplement un rendez-vous et là je crois qu’on n’a pas le droit de le rater ». « S’il n’y avait pas là des décisions qui étaient prises et des négociations qui étaient ouvertes, alors le sentiment serait qu’il y a eu vraiment tromperie, mystification, et une nouvelle fois opération de communication ».  (Déclaration, vendredi 6 février)

Toujours aussi farfelu ce François…il a donc vu un signe d’ouverture de négociations, un truc plus fort qu’un rendez-vous et qu’il ne faut pas rater…tu prends quoi dis-donc François ? Ouvre les yeux ça fait pourtant un moment qu’il y a tromperie, mystification et opération de com…comme de faire croire que tu es (avec tes potes de la tête du PS) de gauche.

Manuel Valls, député PS de l’Essonne :

« J’ai le sentiment qu’il n’y a pas de cap, que la politique économique du pouvoir est contradictoire et qu’on ne sait pas très bien au fond où on va ». (Déclaration, vendredi 6 février)

Si François a des hallucinations Manuel lui souffre de cécité, je te montre Manuel :

  • Fiscalité: moins d’impôts pour les riches, plus de taxes pour les pauvres
  • Salaire: plus de SMIC pour tout le monde, plus d’euros pour les patrons et les banquiers
  • Social: extermination
  • Démocratie: tous les pouvoirs pour Nico et ses sponsors

Tout ça nous montre très bien où l’on économie ultra-libérale, politique ultra-totalitaire.Allez Manuel je sais bien qu’une opération fait toujours peur mais la greffe de cornées c’est de la routine maintenant… profites-en temps que la sécu existe encore.

Martine Aubry, premier secrétaire du PS (celle qui nous disait il y a peu que DSK est un « homme honnête »:

« On attendait un changement de cap, des décisions précises. On a eu un entêtement et quelques pistes, quelques hésitations ».

Tu attendais quoi Martine ?!? L’arlésienne ?

« Il s’est montré plus commentateur que décideur ».

Ben on a pas non interviewé Bouygues, Bolloré, etc…

« Tous les autres pays ont décidé de relancer la consommation et l’investissement à court terme, le président renvoie au 18 février des négociations, des discussions, des concertations, lui qui sait passer en force quand il faut baisser l’impôt des plus riches, quand il faut essayer de faire travailler le dimanche, quand il faut mettre la justice sous sa coupe ». « Là, il ne prend pas de décisions, il renvoie ».

Ben finalement tu vois il aurait pu être du PS ce président…

L’indemnisation du chômage partiel « est une bonne piste », « mais ô combien insuffisante par rapport à la crise ».

Le Fouquets ne dispose d’aucune information concernant cette crise dont vous parlez, merci de les en informer en venant diner le plus tôt possible, au fait le restaurant affiche complet pour les 4 prochaines années encore…

« Ce qui m’a beaucoup frappée quand même, c’est ce décalage ahurissant entre les témoignages qu’apportaient les Français souvent douloureux » face à un président qui « nous dit : « les gens ne consomment pas parce qu’ils épargnent » ».

Ah, il a fait une enquête…et dans son entourage on épargne et pour cause, on gagne trop pour réussir à tout dépenser…

« On attendait des mesures pour le pouvoir d’achat », « une relance de la consommation »

Toujours cette arlésienne…tu fumes quoi au petit déj ?

et « il a maintenu son cap des investissements sur le moyen et le long terme », « C’est bien de faire le TGV ou le canal Rhin-Rhône mais ce qui est le plus important aujourd’hui, c’est de relancer véritablement la consommation ».

Non le plis important aujourd’hui c’est de faire réviser la guillotine…

La décision de supprimer la taxe professionnelle, « ce n’est pas 8 milliards » comme l’a chiffrée le chef de l’Etat mais « 20 milliards ».

Presque bon…c’est 25 en fait.

« Il faut réformer » cet « impôt archaïque » mais « ce n’est pas une réponse à la crise ». (Déclaration, vendredi 6 février)

Divagations 6 février…

Benoît Hamon, porte-parole du PS (ex-potentielle aile gauche du centre-droit):

« Tout change, sauf Nicolas Sarkozy ». « On voit bien que ce président de la République se caractérise par une forme d’entêtement, d’obstination à penser qu’il a toujours raison seul contre tout le monde, mais surtout par une grande incohérence ». Il a fait valoir « à quel point il se contredit, à quel point il est hésitant devant cette crise et à quel point, il est finalement incohérent ». « Hier, la priorité du gouvernement, c’était l’emploi », pourtant le chef de l’Etat « maintient la défiscalisation des heures supplémentaires dont on sait qu’elle aggrave la situation du chômage ». « L’emploi est la priorité », mais il n’y a « pas de remise en cause du plan de non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux ». « Le plus frappant » était le « décalage » « entre les petits reportages qui ont illustré cette émission, la parole sincère souvent touchante, frappante de Français qui témoignaient de la difficulté de vivre et un président de la République qui, face à un monde dont il constate qu’il change (…) ne change absolument rien à sa politique ».

Enfin une paire d’yeux et une paire d’oreilles en bonne santé au PS ?

« Il n’est plus possible de poursuivre avec un président de la République qui ignore à ce point la difficulté, la brutalité et la dureté de la vie quotidienne des Français ». (Déclaration, jeudi 5 février)

Une vérité de dîte, Benoit si tes actes et tes votes pouvaient être en accord avec tes paroles…tes potes du PS te foutraient dehors.

Bertrand Delanoë, maire PS de Paris :

« Je m’étonne que le Président de la République ait privilégié le registre de la polémique en évoquant le dossier du SMA ». « Paris a appliqué le SMA lors de deux mouvements sociaux successifs » et il juge « que l’application de ce texte mal conçu pouvait mettre en péril la sécurité des enfants ». Pour lui, « laisser entendre qu’une grande ville pourrait plus facilement mettre en oeuvre le SMA traduit, soit une posture démagogique, soit une méconnaissance préoccupante du dossier ». « Lors du dernier mouvement social il aurait fallu pouvoir mobiliser 5.000 personnels encadrant en 48 heures pour accueillir les 75.000 enfants potentiellement concernés ». Le tribunal administratif « n’a pas contesté cette difficulté objective à laquelle le Président de la République n’apporte pas la moindre réponse opérationnelle ».

Mais on le sait Bertrand que les anglais ont triché et que ce n’est pas ta faute si on a pas eu les JO…

Il regrette par ailleurs « qu’à l’occasion d’une émission consacrée à la dégradation de la situation sociale en France, le chef de l’Etat ait proposé des réponses à ce point dispersées, aléatoires, inefficaces, qui traduisent à la fois l’incompréhension des attentes des français et l’absence de vision globale ». (Communiqué, jeudi 5 février)

Si tu n’avais sauté à pieds joints dans le piège de la polémique sur le SMA cette critique aurait eu bien plus de poids…

Victorin Lurel, député PS et président du conseil régional de Guadeloupe :

« Le président de la République n’a pas un mot pour la Guadeloupe ». « Malgré des questions sur la crise, le pouvoir d’achat et les mouvements sociaux, ce silence du chef de l’Etat est tout simplement choquant et stupéfiant, impensable si un territoire hexagonal avait connu pareil blocage ». « Ce silence est également méprisant au moment où ce territoire de la République traverse une crise sociale de très grande ampleur, générée par la politique gouvernementale ». (Communiqué, jeudi 5 février)

Communiqué de l’Elysée : La « Guadeloupe », territoire de la « république » ?  Nos services vous rappellent que toute communication au patron chef de l’état doit être rédigé en langue française exclusivement. Pour les stupéfiants mentionnés, vous faites comme d’habitude pour la livraison.

Jean-Marc Ayrault, président du groupe PS à l’Assemblée :

« Le président n’a pas seulement eu un tardif éclair de lucidité, il a donné raison à ce que nous n’avons cessé de dire et de promouvoir: une relance fondée sur un nouveau modèle de partage et de développement: emploi, pouvoir d’achat, investissement » (Déclaration, jeudi 5 février)

T’as passé ta soirée avec François ? Remarque c’est votre droit…vous avez regardé quel film dis-moi ?

Jean-Louis Bianco, président PS du conseil général des Alpes-de-Haute-Provence :

La suppression de la taxe professionnelle, annoncée pour 2010 par Nicolas Sarkozy, « est une perte de 26 milliards d’euros pour les collectivités et de 27 millions d’euros pour les Alpes-de-Haute-Provence, ce qui représente 40% de nos recettes fiscales ». « C’est énorme ».

C’est pas bien quand on a les bons chiffres de pas les partager avec les copains…

L’idée avancée par le président de République de compenser cette perte par une taxe carbone est « totalement vague », « surtout qu’une telle taxe n’est pas facile à mettre en place ».

Et elle serait juste ? Ah la facilité ça c’est un centre d’intérêt pour politique…

Je suis « en colère par cette annonce faite sans concertation »

Oh là là, « colère », « concertation », fais attention au PS c’est des gros mots…tu risques des sanctions…tu devrais passer tes soirées avec François…

que « depuis des années, l’Etat n’honore pas sa parole de transférer des moyens lorsqu’il transfère des charges ». « Il doit aux départements 1,5 milliard d’euros sur le RMI, sans parler de l’APA [allocation personnalisée pour l’autonomie, ndlr], des routes et des collèges ». (Communiqué et déclaration à l’AFP, vendredi 6 février)

On peut pas arroser les banquiers et les collectivités territoriales…elles n’ont qu’à emprunter aux banquiers arrosés, les pauvres paieront les intérêts.

Alain Vidalies, secrétaire national du PS au Travail et à l’emploi:

« le président a été très hésitant sur les solutions et a été parfois incohérent quant aux propositions qu’il a lancées ». (Déclaration, jeudi 5 février)

« hésitant », « parfois incohérent »…hummm, bientôt secrétaire d’état d’ouverture ?

Jean-Christophe Cambadélis, député PS de Paris :

« Nicolas Sarkozy maintient le cap sur l’essentiel, propose des suggestions sur le superflu. Le président de la République a mis à côté de la plaque en maintenant sa ligne alors que tout change ». (Déclaration, jeudi 5 février)

Non: Tout change sauf le PS.

A la droite républicaine:

François Bayrou, président du Mouvement Démocrate (MoDem) :

« Tout le discours d’hier soir engage le pays vers des déficits abyssaux ». « Et cela, nous devrions tous avoir le courage de le refuser ».

Cette obsession du déficit chez Neuneu nous prouve en tout cas que le bourrage de crâne a très bien fonctionné dans les têtes vides, et en plus ça tiens longtemps, il doit être bouché.

« La suppression de la taxe professionnelle, de la première tranche de l’impôt sur le revenu, la multiplication d’interventions nouvelles et de long terme, tout cela nous entraîne vers une situation catastrophique, de laquelle le pays aura le plus grand mal à sortir ». « En période de crise, on doit choisir des interventions de relance fortes, à condition qu’elles soient ponctuelles et ne créent pas de dégradation durable des finances publiques ». « Abandonner les équilibres de long terme pour les effets d’annonce d’une seule émission, ce n’est pas responsable ».

Rien n’est à long terme avec Nico, il change d’avis comme Carla change d’amant…

« Il y a eu multiplication d’annonces de sujets de discussion, prévues pour trois à six mois, avec les syndicats, comme s’il s’agissait d’abord de gagner du temps ».

On appelle aussi ça « endormir la populace », à noter que visiblement cette technique ne fonctionne plus sur un crâne bourré auparavant…

Il a aussi relevé des « affirmations grossièrement fausses » concernant la nomination des présidents de l’audiovisuel public, avec « trois contrevérités en trois phrases ». « La « nomination en Conseil des ministres », ce n’est pas une nomination du gouvernement, c’est évidemment une nomination du président ». « L’approbation du CSA, on ne peut pas la présenter comme un rempart alors qu’on vient d’affirmer que l’institution a été pendant des années aux ordres ». « Enfin, il est absolument faux d’affirmer que l’opposition doit donner son accord au parlement : la majorité qualifiée n’est requise que pour un veto, ce qui la rend d’ailleurs totalement hors de portée ». (Communiqué, vendredi 6 février)

C’est bien, tu peux faire de vraies critiques parfois…

Didier Bariani, ancien ministre, modem :

« de tonalité plus tolérante, moins définitive et plus abordable que parfois, il reste maintenant au Président de la République de forger une adhésion nationale autour de sa volonté réformatrice ». (Communiqué, vendredi 6 février)

Plus fort que Vidalies ! Ministre d’ouverture étiquette « nouveau centre » bientôt ?

A la droite de la droite républicaine, disons, la droite totalitaire pour rester polis:

François Fillon, Premier ministre :

« Nos concitoyens ont vu un président de la République totalement engagé à leurs côtés ».

Moi qui croyais qu’il vivait chez Amélie Poulain, en fait non son pays c’est le CAC40.(Communiqué, jeudi 5 février)

Jean-François Copé, président du groupe UMP à l’Assemblée:

« Nicolas Sarkozy a su trouver le ton et les mots justes pour rassurer les Français, en expliquant les choix de la France, en remettant notre action en perspective et en traçant la voie des réformes indispensables qu’il nous faut conduire ». (Déclaration, jeudi 5 février)

Pour avoir de bons soldats il faut des lieutenants loyaux, celui là est pire que ça encore…je ne sais pas si ça rassure quelqu’un…

Xavier Bertrand, Secrétaire général de l’UMP :

Aux « questions directes, précises » des Français, le président de la République a apporté des « réponses directes, précises » et « des propositions fortes ».

Et « gentilles » Xavier ? Tu as oublié « gentilles »…

« Il fallait aussi des solutions nouvelles qui ne sont pas imposées. Elles sont mises en débat mais elles vont trouver leur place dans le rendez-vous du 18 février avec les partenaires sociaux ».

J’ai le droit de sécher ? En plus je suis un mauvais partenaire…

A ces partenaires sociaux « qui étaient engagés dans la manifestation du 29 (janvier) le président de la République propose une feuille de route », « de travailler en commun pour sortir de cette crise le plus vite possible ».

A propos de travail en commun, c’est où les prochaine svacances de milliardiares ? Sur un Yacht, A Dubaï ? Dans la villa au bord d’un lac d’un milliardaire ?

« La volonté est claire, c’est une mobilisation totale pour l’emploi, en faveur des salariés, notamment ceux que l’on appelle les classes moyennes et qui gagnent le SMIC »,

Un petit lien pour ta culture Xavier…

ou « un peu plus », et « qui n’arrivent pas à s’en sortir ». Il a cité notamment la suppression de la première tranche de l’impôt sur le revenu, l’augmentation des allocations familiales, la suppression de la taxe professionnelle « pour protéger l’emploi et les salariés ». Concernant un deuxième mandat de Nicolas Sarkozy : « la vraie question des Français n’est pas de savoir qui sera employé en tant que président de la République, c’est comment je fais pour garder mon emploi, pour joindre les deux bouts ».

Ben toi t’as trouvé, tu ne te sers pas de ta langue que pour parler…

Maurice Leroy, porte-parole du Nouveau Centre:

Nicolas Sarkozy, « refusant le renoncement a redessiné ce soir pour les Français un horizon politique », avec « volonté », « détermination » et « pédagogie ». (Déclaration, jeudi 5 février)

On appelle pas ça redessiner mais repasser. Attention au sens des mots même si ce sont des paronymes « pédagogie » n’est pas synonyme de « démagogie », « volonté » n’a pas tout à fait le même sens que « obstination » et « détermination » est beaucoup plus respectueux que « autoritarisme ».

Jean-Marie Le Pen, président du Front national (FN) :

Les habituelles divagations qui ne valent d’ailleurs pas la peine d’être citées. En fait c’était pas la 605 ni le « paquebot » qu’il fallait vendre, c’était le vieux, ça aurait pu faire l’affaire d’un zoo ou d’un cirque.

Chez les syndicats :

Laurence Parisot, présidente du Medef :

« Bien sûr, c’est une bonne mesure, très compliquée à mettre en oeuvre, mais c’est une bonne mesure à condition qu’elle ne soit pas remplacée par un autre impôt qui va pénaliser le même secteur d’activité ».

Oui Laurence…un impôt en moins c’est une bonne mesure…à condition qu’il ne soit pas remplacé par un impôt frappant quelqu’un d’autre que les pauvres…

« Nous savons que la taxe professionnelle, c’est ce qui pénalise l’industrie française. Aucun pays industrialisé n’a un impôt de ce type qui pénalise l’investissement, le futur », a-t-elle rappelé,

Pour rappel les dépenses d’investissement sont justement celles qui ouvrent droit à exonération de taxe pro…mais plus à un mensonge près la Laurence…

indiquant que la suppression de cette taxe aura également un impact positif sur l’emploi et les salariés. « Nous sommes tous d’accord pour dire que la priorité c’est l’emploi, d’éviter les fermetures de sites, et d’éviter le plus possible des faillites d’entreprises. Et quand le président de la République envisage de supprimer la taxe professionnelle, ce n’est pas huit milliards pour les entreprises, et zéro pour les salariés ». (Déclaration, vendredi 6 février)

Non, c’est vrai c’est 27 milliards en moins, au bas mot pour les entreprises, par contre ça reste 0 pour les salariés puisqu’on n’a jamais vu des dirigeants augmenter les salaires sans y être contraints…au fait les prudhommes ils te lâchent un peu Laurence ?

François Chérèque, secrétaire général de la CFDT :

« Il n’y a pas beaucoup de mesures concrètes, donc il ne peut y avoir que de la déception ». « Les attentes sont énormes, on l’a vu le 29 et pour l’instant les réponses ne sont pas à la hauteur ».

C’est le moins que l’on puisse dire…

Il juge qu' »il y a des pistes ouvertes », et que c’est aux syndicalistes « d’essayer d’en tirer le maximum ». « Ma préoccupation est de savoir ce qu’on pourra ramener sur l’emploi et le pouvoir d’achat le 18 » février. Interrogé sur une nouvelle journée d’action intersyndicale, il a répondu: « Avant le 18, certainement pas ».

Ben non, faudrait surtout pas profiter de cet élan de mobilisation et de l’adhésion qu’y témoigne l’opinion…quel casseur de grève celui là quand même ! Le patron de syndicat qui n’accepte de lancer un appel à la mobilisation que quand on l’y force…il est très fort.

« Que l’on se revoie le 19 pour décider de faire quelque chose en mars, ou qu’on dise « on fait quelque chose en mars qu’on retirera éventuellement en fonction des résultats du 18″ n’est pas l’essentiel. L’idée est d’organiser une journée si c’est nécessaire ».

Ce sera nécessaire quand pour toi ? Quand tout le monde sera crevé de faim ?

Sur la fiscalité, il faut en « parler globalement », notant notamment que la suppression de la première tranche d’impôt sur le revenu « profiterait à tout le monde au-dessus » et que « le président de la République n’a pas abordé le bouclier fiscal pour ceux qui sont au-dessus ». Pour les jeunes, il prône une mesure « genre RSA » et une mesure d’accès au logement. Il a souligné que, « pour les sans emploi, la convention d’assurance chômage négociée prévoit une allocation à partir de 4 mois de travail dans les 28 derniers mois et suggéré une formation avec une allocation pour les jeunes qui n’ont jamais travaillé ».

Merci de faire la pub Sarkosienne, tu est payé pour ? Pense à bien remplir ta déclaration, le travail au black c’est pas bien…

Sur l’indemnisation du chômage partiel, « il faut aller plus loin » et « responsabiliser les entreprises ».

PTDR… »responsabiliser les entreprises » excuses moi…j’ai pas pu me retenir.

Si les PME en difficulté peuvent être aidées par l’Etat pour qu’elles ne mettent pas « la clé sous la porte », « de grosses boîtes, comme Mittal ou Renault, peuvent faire plus ».

« peuvent »…là est tout le problème…

Concernant le partage des profits en trois tiers, il estime que « c’est à moduler » selon les cas, se montrant « content que le président de la République propose le débat », mais rappelant que « Laurence Parisot a quasiment fermé la porte ».

Et toi tu la gardes…

« Quand il y a un département français qui est en grève générale depuis maintenant 15 jours et qu’il n’y a pas une question là dessus, je pense que les journalistes n’ont pas fait leur travail. C’est un oubli qui est dommageable pour nos compatriotes d’Outre-mer ».

Les journalistes ne font pas leur travail ? Les syndicalistes…toi par exemple ? C’est pas fini de dénoncer ses petits camarades…

Lors de l’intervention télévisée, « il y avait une forme de mise en scène. On avait le sentiment par moments que les journalistes posaient des questions pour amener des réponses, on l’a vu sur les propositions. Je ne peux pas les accuser de non professionnalisme, mais on avait parfois un peu ce sentiment. La preuve, ils ont zappé certains sujets, ce qui dommageable ».

Une mise en scène ? Comme si Nico ce n’était que de la Com, qu’il choisissait les patrons des journalistes (le président de France Télévision par exemple) ou qu’il était leur ami (comme Martin Bouygues) ? Tu délires là…

« Il y a un vrai problème de pouvoir d’achat en Guadeloupe » et que « si c’est 200 euros maintenant pour une fois c’est réaliste, 200 euros pour toujours c’est très compliqué ».

On dirait qu’ils sortent de ta poche ces 200 €…

« Il faut revoir tout le système d’organisation sociale » en Guadeloupe « pour qu’il n’y ait pas les inégalités qui provoquent pour les gens du privé une vraie difficulté de consommation ». « La vraie difficulté, c’est que les fonctionnaires sont payés une fois et demi et les gens du privé non. Si les prix augmentent, il y a une augmentation de la prime de vie chère mais ceux qui ne l’ont pas tirent vraiment la langue ». (Déclaration à BFM-TV et RMC et communiqué, vendredi 6 février)

Ben voilà c’est la faute des fonctionnaires…ces privilégiés…c’est toi aussi qui a rédigé le communiqué de la CFDT fonction publique ? Je n’ose même pas écrire ce que je te ferais à leur place…

Les réactions de la vraie gauche :

Aucune ! Pour cause d’absenteïsme…la gauche est partie avec le père de l’ex-chanteur des Fatals Picards…vous ne le saviez-pas ?

Schijo




Et une de plus…

J. K. Rowling recevra ce jour à 18h00 les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur…qu’a donc fait cette dame pour la grandeur de la nation ?

Elle a vendu a des millions d’exemplaires des bouquin qui sont allés remplir les caisses de la Grande Bretagne (vidant pour autant celles de la France) à des lecteurs victimes de la mode et en manque de fantastique.

Comme la « littérature » se vend, et se juge, maintenant en tête de gondole dans les temples de la consommation : la légion d’honneur bientôt en vente sur ebay (pour l’adresse paypal de nico on vous laisse chercher) ?

Nouvel Obs




Nico à la une de numérama…

Société 2.0 –

Monsieur le Président préside tout. Alors qu’il installait lundi le Conseil pour la création artistique qu’il va lui-même présider, Nicolas Sarkozy a assuré que la loi Création et Internet instaurant la riposte graduée en France sera votée en mars. Les députés n’ont plus qu’à exécuter.

Il l’a annoncé le mois dernier, c’est fait. Depuis ce matin, Nicolas Sarkozy n’est plus uniquement le Président de la République, c’est aussi le Président du Conseil pour la création artistique qu’il vient de créer pour prendre en main  la lutte contre le piratage, qu’il veut mener selon son bon vouloir. Le directeur des cinémas MK2, Marin Karmitz, assurera son animation.

Dans son discours inaugural, Nicolas Sarkozy a une nouvelle fois redit son attachement pour la riposte graduée et la loi Création et Internet que devra défendre à l’Assemblée Nationale Christine Albanel. "J’ai demandé que la loi création et internet soit définitivement votée en mars prochain", a ainsi déclaré le Président, qui s’est dit "certain que (cette loi) aura un effet très positif sur les comportements".

Fidèle à la dialectique qui lui a permis d’être élu à la tête de la France, Nicolas Sarkozy a assuré lundi qu’il n’a pas "été élu pour laisser voler au supermarché". Mais pense-t-il alors l’avoir été pour ignorer la représentation européenne, et pour piétinner sur les droits fondamentaux à une justice équitable ?

"Je ne laisserai pas piller les droits d’auteur", a-t-il insisté. "Piller les oeuvres musicales, piller les oeuvres cinématographiques, piller les oeuvres littéraires (…) c’est tuer la création".

Et piller les Droits fondamentaux, Monsieur le Président, n’est-ce que pas tuer la République ?

Article diffusé sous licence Creative Common by-nc-nd 2.0, écrit par Guillaume Champeau pour Numerama.com

Réponse est : Oui.

Jo.




Le SMSpam..

C’est un article de rue89 qui me fait réagir (il serait bon que je diversifie un peu mes lectures)…où l’on reparle des hoax et de leur variantes par SMS. Les salles de repos n’ont pas fini de fleurir d’affiches nous promettant monts et merveilles ou les pires désolations, ça en surprend encore quelques-uns, c’est déjà une info.

Le phénomène du hoax n’est pas nouveau, il devait même déjà exister avant l’invention d’Internet, à l’époque des colporteurs et autres saltimbanques, il a bien du faire voyager quelques légendes…dont certaines persistent sans doute toujours. Son apparition sur le GSM n’est que la conséquence des capacités virales de l’outil SMS, comme un mail, rien de plus simple à transférer, surtout avec les forfaits « SMS illimités », comme c’est gratuit profitons-en, répandons toute la merde…Rien d’étonnant donc à ce que tous les hoax du type courriel trouvent leur équivalent en moins de 160 caractères. Après l’ourson diabolique qui va détruire votre beau système microsoft, le code avec un « # » qui va exploser votre facture de téléphone. Si déjà j’avais trouvé pervers d’aller vérifier l’allure de l’icône d’un exécutable du dossier Windows (pour l’utilisateur lambda, cible de ce hoax), que dire de ce qui pourrait amener un utilisateur à taper sur son téléphone un code envoyé sans avoir été sollicité et selon les instructions d’un inconnu ? Je ne suis pas convaincu que grand monde aurait de toute façon suivi de telles instructions (ne brisez pas mon rêve).

Pas grave : après que le SMS ait fait quelques millions de fois le tour de la planète, engraissant par là même quelques trop gros actionnaires de compagnies de télécommunication, voilà que le démenti, connu depuis plus de 5 ans, va à son tour consommer les mêmes ressources pour rassurer le pauvre quidam qui ne s’en inquiétait plus depuis longtemps.

Pendant ce temps fleurissent sur les GSM une multitude de textos vous reprochant de n’avoir point rappelé « Jimmy » (non, vous ne connaissez pas de Jimmy), lequel appelle justement d’un numéro très surtaxé, fleurissent nombre de textos vous annonçant avoir gagné, sans avoir joué, une croisière de milliardaire à une loterie qu’il faut rappeler à un numéro lui aussi très surtaxé. Si j’ai toujours admis qu’il était assez difficile de lutter contre les hoax par courriel du fait même du taux important de pénétration de la stupidité dans la population, je ne comprends pas l’absence de lutte contre ces sociétés qui encaissent les millions d’€uros qui leur sont reversés par les opérateurs de téléphonie.

Les chaines et les hoax voyagent grâce au relais opéré par les internautes les moins réfléchis, les spams traditionnels sont la plus-part du temps envoyés par des PC zombie infectés à l’insu (pas toujours) de leur « utilisateur », mais le spam par SMS est bien facturé d’une façon où d’une autre à l’expéditeur, lequel a bien du signer à un moment un contrat avec des clauses de sanction en cas d’usage frauduleux du service…non ? Le bénéficiaire de la surtaxe du 08XXXXXX69, dispose bien d’un compte en banque pour recevoir les versements effectués par mon opérateur de téléphonie ?

Aujourd’hui on peut pister l’internaute qui télécharge la dernière daube de la faculté des étoiles et prévoir un système de sanctions automatiques à son égard. Comment ces quelques sociétés qui doivent satisfaire à quelques exigences administratives pour pouvoir retirer bénéfice de leur exactions peuvent-elles être intouchables ? Quel intérêt particulier permet la pérennité de ce système d’arnaque à grande échelle ?

Comment expliquer que l’on laisse fleurir des société anonymes avec des capitaux ridicules dont le seul marché s’établit sur la crédulité de leur clients et des clients de leurs clients ? Quelque opérateur leur fournit bien un numéro ? Comme le titulaire d’un nom de domaine s’engage à respecter certaines règles (et la lutte contre les pourriels en fait partie), le titulaire d’un numéro d’appel devrait se voir sanctionner si son service ne sert manifestement qu’a encaisser les fruits d’une arnaque visant les populations les fragiles économiquement. Une arnaque qui est au SMS ce que le fishing est au courriel.

Le gouvernement pour répondre à ce problème a mis en place une plateforme où transférer vos SMS, certes pas surtaxée mais tout de même payante afin de garantir aux opérateurs un nouveau revenu dans le cadre d’une lutte contre leur propre malhonnêteté…ils n’ont pas su garantir leurs usagers contre les prestataires indélicats qu’ils rémunèrent ? Qu’à cela ne tienne, engraissons les encore en générant un flux de plusieurs dizaines milliers de SMS par mois !

Je crois que la satisfaction des actionnaires des opérateurs de télécommunications passe avant la protection la plus élémentaire du citoyen.

…Schijo




“L’Europe m’a changé…”

Une fois de plus nul n’aura échappé à l’apparition d’une grande réthorique marxiste dans le discours d’un droitiste.

L’omniprésident de nos voisins français l’a dit à propos de son mandat de président de l’Europe (cette multinationale dont nous sommes aussi voisins), il est très fier d’avoir pu changer l’Europe et reconnais :

«je pense que cette présidence m’a changé»

Ni lui, ni ses plumes ne peuvent ignorer qu’il s’agit de la définition du travail selon Marx :

«Une interaction entre l’homme et son environnement»

Car si dans un travail l’homme réussit à changer son environnement, le travail implique aussi une action sur l’homme, toujours selon Marx, ce qui signifie que l’on ressort du travail après avoir subit une action de environnement, laquelle action entraine un changement dans notre état d’être humain.

Sarkozy est donc venu hier soutenir les théories marxistes, par sa déclaration d’avoir été changé par la présidence de l’Europe, travail qu’il a fourni pendant 6 mois (vivement la retraite, hein ?)…

Je ne sais pas si le travail de Marx ne pouvait subir pire injure que d’être ainsi démontré par le plus…(le lecteur complètera selon son humeur personnelle)

A quand la prochaine surprise ?

Schijo…




  • Nuage de tags

  •  

    • 2016 (1)
    • 2015 (5)
    • 2013 (5)
    • 2011 (1)
    • 2010 (27)
    • 2009 (155)
    • 2008 (9)
  • ACTA