Blackout du Net en France

Posts Taggués avec ‘justice’

Charlie Hebdo perd un lecteur occasionnel

je suis (abonné à) CharlieÇa fait longtemps que le gout de la caricature et de l’irrévérence me font acheter occasionnellement Charlie Hebdo. Au gré d’une couverture attirante ou d’un besoin de distraction, parfois même de la nécessité d’une soupape de décompression et d’autres fois sans raison particulière.

J’ai toujours ressenti sympathie et attirance pour ce petit journal politiquement tout à fait incorrect et le revendiquant. Mais voilà je n’irai plus au kiosque acheter Charlie… (suite…)




41 pays approuvent le rapport de l’ONU sur la liberté et Internet. Pas la France

Qui parle encore de démocratie en nos douces contrées ?

41 pays approuvent le rapport de l’ONU sur la liberté et Internet. Pas la France.




Assermenteur(s)

Un article du courrier picard m’inspire cette réflexion…

Sur le Courrier Picard

Sur le Courrier Picard

En effet dans cet article on peut lire :

Les collègues de Stéphane ont également été témoins de la scène dans la cour. Ils confirment que le gendarme a plaqué le garçon au sol. Stéphane nie : « je l’ai aidé à se relever. »

Donc Stéphane, officier de police judiciaire, donne une version des faits, ses collègues, vraisemblablement assermentés aussi, en donnent une autre. (suite…)




Immunité policière

Sur le Courrier Picard

Sur le Courrier Picard

C’est l’impression qui ressort, au delà de toute notion de présomption d’innocence, devant cette décision du procureur de ne pas faire appel. Une impression qui tient d’une habitude nationale mais qui n’était pas, jusque là, aussi souvent confirmée par la justice. (suite…)




Julien COUPAT dehors.

Depuis trois jours la rumeur enflait quand une possible libération de Julien COUPAT sur demande du juge d’instruction (vous savez le juge que Sarko veut faire sauter), le parquet de Paris ayant signifié son accord sous conditions, Julien est sorti hier de la santé.

La presse écrit déjà libre, elle est reprise par les politiques, tel Montebourg, qui se sentent revenir une âme de gardien des droits de l’homme.

Julien n’est pas libre :

  • Il est toujours poursuivi, et toujours selon les mêmes chefs d’accusation…ça ne vous choque pas que la justice renvoie dehors quelqu’un qu’elle poursuit pour être le chef présumé d’une présumée organisation présumée terroriste ?
  • Il n’a pas le droit de voir sa compagne : elle est aussi poursuivie dans cette affaire.
  • Il n’a pas le droit de quitter Paris.
  • Il ne peut donc pas rentrer chez lui (à Tarnac).
  • Il ne peut pas reprendre son travail, tenir une épicerie de campagne à distance n’est pas chose aisée…surtout pour aider les mamies à porter leurs cabas.
  • Il doit être présent sans délai à la moindre envie de la « justice ».

Julien est toujours poursuivi, comme ses camarades. La menace d’une condamnation pèse toujours sur sa tête.

Mais déjà la gauche parlementeuseaire demande des comptes, comme si l’obscénité de cette manipulation pouvait être appréciée dans son ensemble, comme si le préjudice pouvait être chiffré dès ce jour, comme si les poursuites, pour le moins farfelues, avaient été abandonnées.

Julien est dehors, en homme brimé, en homme traqué, en homme surveillé et vous voudriez que nous ne soyons plus révoltés ?

Le 7 juin ne vous trompez pas, les partis qui siègent dans les assemblées sont tous complices de cet vindicte politico-totalitaire.

Courage Julien.

…SchiJo




Le spam belge…

Belgique – Faits divers mar 26 mai, 12:20

Le tribunal correctionnel de Bruges a condamné mardi un homme qui avait bombardé la commune de Blankenberge de mails pendant des années à un an de prison pour harcèlement. C’est la première fois qu’un citoyen est condamné pour avoir harcelé une commune.

Henri Vandenbosch présidait un club de pétanque de Blankenberge. En 2002, la commune lui a dit que le club devait quitter le Parc Léopold. Il a alors envoyé des dizaines de lettres et mails de protestation à l’administration communale.

Entre septembre 2002 et avril 2007, il a envoyé 132 courriers électroniques. La plupart reprenaient des questions, des remarques, des considérations et des requêtes.

En 2007, la commune a porté plainte afin de mettre un terme à ces envois intempestifs. Le tribunal a condamné le prévenu à un an de prison ferme et à une amende de 1.100 euros avec sursis pour la moitié. Le ministère public a requis son arrestation immédiate mais n’a pas été suivi par le tribunal.

C’est RTLinfo.be qui nous l’apprend. On avait déjà eu en France une employée licenciée pour avoir envoyé une moyenne de 3 mails par jour depuis son adresse pro mais les Belges visiblement tiennent à leur réputation et ont décidé de faire plus fort : envoyer en prison un administré qui contacte l’administration de sa commune tous les 12,5 jours (à la louche). L’histoire ne dit pas si il y a eu réponse de l’administration…

Qu’en serait-il si M. Vandenbosch avait envoyé un courrier papier à son bourgmestre tous les 12 jours ? Aurait-il été inquiété ? Rendu responsable de la déforestation ?

Il semble qu’ici comme un peu au nord les personnes qui rendent les décisions de justice vivent dans un monde différent du notre, un monde ou le mail ne concurence pas le courrier postal, un monde ou pour trouver où cliquer avec le mulot il faut plusieurs heures…

Au fait, si vous trouvez cette plainte et ce jugement dégoutant vous pouvez toujours contacter l’hôtel de ville de Blankenberge à l’adresse stadhuis@blankenberge.be, mais attention n’envoyez pas de messages trop souvent…vous pourriez réveiller un fonctionnaire endormi.




Citation

Surveillants, cantine, parties de foot dans la cour, emploi du temps, divisions, camaraderie, baston, laideur des architectures : il faut avoir séjourné en prison pour prendre la pleine mesure de ce que l’école, l’innocente école de la République, contient, par exemple, de carcéral.

Julien COUPAT

Tiré d’un entretien sur LeMonde.fr

Pour rappel l’insurrection qui vient est librement téléchargeable ici.




La liste !

La liste des députés et de leurs votes au sujet de la loi HADOPI est publiée sur le site de l’AN, vous la trouverez ci-dessous : le crime contre Internet ne doit jamais bénéficier d’amnistie démocratique, surveillez vos bulletins de vote.

Analyse du scrutin n° 386 – Séance du : 12/05/2009

Scrutin public sur
l’ensemble du projet de loi favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet (nouvelle lecture).

Nombre de votants : 557

Nombre de suffrages exprimés : 529

Majorité absolue : 265

Pour l’adoption : 296

Contre : 233

L’Assemblée nationale a adopté

Groupe de l’Union pour un mouvement populaire (317) :

Pour: 284

MM. Élie Aboud, Manuel Aeschlimann, Yves Albarello, Alfred Almont, Mme Nicole Ameline, MM. Benoist Apparu, Jean Auclair, Mme Martine Aurillac, MM. Pierre-Christophe Baguet, Patrick Balkany, Jean Bardet, Mme Brigitte Barèges, M. François Baroin, Mme Sylvia Bassot, MM. Patrick Beaudouin, Jean-Claude Beaulieu, Jacques Alain Bénisti, Jean-Louis Bernard, Marc Bernier, Xavier Bertrand, Jean-Yves Besselat, Gabriel Biancheri, Jérôme Bignon, Jean-Marie Binetruy, Claude Birraux, Etienne Blanc, Emile Blessig, Roland Blum, Claude Bodin, Philippe Boennec, Marcel Bonnot, Jean-Yves Bony, Jean-Claude Bouchet, Gilles Bourdouleix, Mme Chantal Bourragué, MM. Loïc Bouvard, Michel Bouvard, Mmes Valérie Boyer, Françoise Branget, M. Xavier Breton, Mme Françoise Briand, MM. Philippe Briand, Bernard Brochand, Mme Chantal Brunel, MM. Michel Buillard, Patrice Calméjane, François Calvet, Bernard Carayon, Pierre Cardo, Gilles Carrez, Mme Joëlle Ceccaldi-Raynaud, MM. Yves Censi, Hervé de Charette, Jean-Paul Charié, Jérôme Chartier, Gérard Cherpion, Jean-François Chossy, Jean-Louis Christ, Dino Cinieri, Eric Ciotti, Pascal Clément, Philippe Cochet, Georges Colombier, Mme Geneviève Colot, MM. Jean-François Copé, François Cornut-Gentille, Louis Cosyns, Edouard Courtial, Alain Cousin, Jean-Yves Cousin, Jean-Michel Couve, Mme Marie-Christine Dalloz, MM. Olivier Dassault, Marc-Philippe Daubresse, Patrice Debray, Bernard Debré, Jean-Pierre Decool, Bernard Deflesselles, Rémi Delatte, Richard Dell’Agnola, Mme Sophie Delong, MM. Yves Deniaud, Bernard Depierre, Vincent Descoeur, Nicolas Dhuicq, Eric Diard, Michel Diefenbacher, Jacques Domergue, Jean-Pierre Door, Dominique Dord, Mme Cécile Dumoulin, MM. Jean-Pierre Dupont, Christian Estrosi, Gilles d’ Ettore, Daniel Fasquelle, Jean-Michel Ferrand, Alain Ferry, Daniel Fidelin, Jean-Claude Flory, Nicolas Forissier, Mme Marie-Louise Fort, MM. Jean-Michel Fourgous, Marc Francina, Mme Arlette Franco, MM. Pierre Frogier, Yves Fromion, Mme Cécile Gallez, MM. Sauveur Gandolfi-Scheit, Jean-Paul Garraud, Claude Gatignol, Gérard Gaudron, Hervé Gaymard, Guy Geoffroy, Bernard Gérard, Alain Gest, Franck Gilard, Georges Ginesta, Jean-Pierre Giran, Louis Giscard d’Estaing, Claude Goasguen, Didier Gonzales, Jean-Pierre Gorges, Philippe Gosselin, Philippe Goujon, Michel Grall, Mme Claude Greff, M. Jean Grenet, Mme Anne Grommerch, MM. François Grosdidier, Jacques Grosperrin, Mme Arlette Grosskost, MM. Serge Grouard, Louis Guédon, Mme Françoise Guégot, MM. Jean-Claude Guibal, Jean-Jacques Guillet, Gérard Hamel, Michel Havard, Laurent Hénart, Michel Herbillon, Antoine Herth, Mme Françoise Hostalier, MM. Philippe Houillon, Guénhaël Huet, Sébastien Huyghe, Mme Jacqueline Irles, MM. Christian Jacob, Paul Jeanneteau, Mme Maryse Joissains-Masini, MM. Marc Joulaud, Didier Julia, Christian Kert, Jacques Kossowski, Patrick Labaune, Mme Fabienne Labrette-Ménager, MM. Marc Laffineur, Jacques Lamblin, Mme Marguerite Lamour, MM. Jean-François Lamour, Pierre Lasbordes, Charles de La Verpillière, Thierry Lazaro, Robert Lecou, Frédéric Lefebvre, Jean-Marc Lefranc, Guy Lefrand, Michel Lejeune, Pierre Lellouche, Dominique Le Mèner, Jacques Le Nay, Jean-Claude Lenoir, Jean-Louis Léonard, Jean Leonetti, Pierre Lequiller, Céleste Lett, Mme Geneviève Levy, MM. François Loos, Gérard Lorgeoux, Mme Gabrielle Louis-Carabin, MM. Daniel Mach, Guy Malherbe, Richard Mallié, Jean-François Mancel, Alain Marc, Jean-Pierre Marcon, Thierry Mariani, Mme Christine Marin, M. Hervé Mariton, Mme Muriel Marland-Militello, M. Philippe-Armand Martin, Mme Henriette Martinez, MM. Alain Marty, Jacques Masdeu-Arus, Jean-Claude Mathis, Jean-Philippe Maurer, Pierre Méhaignerie, Christian Ménard, Damien Meslot, Philippe Meunier, Jean-Claude Mignon, Gérard Millet, Mme Marie-Anne Montchamp, MM. Pierre Morange, Pierre Morel-A-L’Huissier, Philippe Morenvillier, Jean-Marie Morisset, Georges Mothron, Etienne Mourrut, Alain Moyne-Bressand, Renaud Muselier, Jacques Myard, Jean-Marc Nesme, Yves Nicolin, Patrick Ollier, Mme Françoise de Panafieu, MM. Bertrand Pancher, Yanick Paternotte, Christian Patria, Mme Béatrice Pavy, MM. Jacques Pélissard, Dominique Perben, Bernard Perrut, Etienne Pinte, Michel Piron, Henri Plagnol, Serge Poignant, Mme Bérengère Poletti, M. Axel Poniatowski, Mme Josette Pons, MM. Daniel Poulou, Christophe Priou, Jean Proriol, Didier Quentin, Michel Raison, Eric Raoult, Frédéric Reiss, Jean-Luc Reitzer, Jacques Remiller, Bernard Reynès, Franck Reynier, Franck Riester, Jean Roatta, Didier Robert, Arnaud Robinet, Camille de Rocca Serra, Mme Marie-Josée Roig, M. Jean-Marie Rolland, Mme Valérie Rosso-Debord, MM. Jean-Marc Roubaud, Max Roustan, Martial Saddier, Francis Saint-Léger, Bruno Sandras, François Scellier, André Schneider, Jean-Pierre Schosteck, Jean-Marie Sermier, Georges Siffredi, Jean-Pierre Soisson, Michel Sordi, Daniel Spagnou, Eric Straumann, Mme Michèle Tabarot, MM. Jean-Charles Taugourdeau, Guy Teissier, Michel Terrot, Jean-Claude Thomas, Dominique Tian, Jean Tiberi, Alfred Trassy-Paillogues, Jean Ueberschlag, Yves Vandewalle, François Vannson, Mmes Isabelle Vasseur, Catherine Vautrin, MM. Patrice Verchère, Jean-Sébastien Vialatte, René-Paul Victoria, Philippe Vitel, Gérard Voisin, Michel Voisin, Jean-Luc Warsmann, André Wojciechowski et Gaël Yanno.

Contre: 6

MM. François Goulard, Denis Jacquat, Franck Marlin, Lionel Tardy, Christian Vanneste et Michel Zumkeller.

Abstention: 17

MM. Jean-Paul Anciaux, Yves Bur, Olivier Carré, René Couanau, Henri Cuq, Lucien Degauchy, Yannick Favennec, François-Michel Gonnot, Jean-Pierre Grand, Christophe Guilloteau, Pierre Lang, Jacques Le Guen, Lionnel Luca, Patrice Martin-Lalande, Jean-Frédéric Poisson, Georges Tron et Mme Marie-Jo Zimmermann.

Non-votant: 1

M. Bernard Accoyer (président de l’Assemblée nationale).

Groupe Socialiste, Radical, Citoyen et divers gauche (204) :

Pour: 1

M. Jack Lang.

Contre: 190

Mmes Patricia Adam, Sylvie Andrieux, MM. Jean-Marc Ayrault, Jean-Paul Bacquet, Dominique Baert, Jean-Pierre Balligand, Gérard Bapt, Claude Bartolone, Jacques Bascou, Christian Bataille, Mmes Delphine Batho, Chantal Berthelot, M. Jean-Louis Bianco, Mme Gisèle Biémouret, MM. Serge Blisko, Patrick Bloche, Daniel Boisserie, Maxime Bono, Jean-Michel Boucheron, Mme Marie-Odile Bouillé, M. Christophe Bouillon, Mme Monique Boulestin, M. Pierre Bourguignon, Mme Danielle Bousquet, MM. François Brottes, Alain Cacheux, Jérôme Cahuzac, Jean-Christophe Cambadélis, Thierry Carcenac, Christophe Caresche, Mme Martine Carrillon-Couvreur, MM. Laurent Cathala, Bernard Cazeneuve, Guy Chambefort, Jean-Paul Chanteguet, Alain Claeys, Jean-Michel Clément, Mme Marie-Françoise Clergeau, MM. Gilles Cocquempot, Pierre Cohen, Mmes Catherine Coutelle, Pascale Crozon, M. Frédéric Cuvillier, Mme Claude Darciaux, M. Pascal Deguilhem, Mme Michèle Delaunay, MM. Guy Delcourt, Michel Delebarre, François Deluga, Bernard Derosier, Michel Destot, René Dosière, Julien Dray, Tony Dreyfus, Jean-Pierre Dufau, Mme Laurence Dumont, MM. Jean-Louis Dumont, Jean-Paul Dupré, Yves Durand, Mme Odette Duriez, MM. Philippe Duron, Olivier Dussopt, Christian Eckert, Henri Emmanuelli, Mme Corinne Erhel, MM. Laurent Fabius, Albert Facon, Mme Martine Faure, M. Hervé Feron, Mmes Aurélie Filippetti, Geneviève Fioraso, M. Pierre Forgues, Mme Valérie Fourneyron, MM. Michel Françaix, Jean-Claude Fruteau, Jean-Louis Gagnaire, Mme Geneviève Gaillard, M. Jean Gaubert, Mmes Catherine Génisson, Annick Girardin, MM. Joël Giraud, Jean Glavany, Daniel Goldberg, Gaëtan Gorce, Marc Goua, Jean Grellier, Mme Elisabeth Guigou, M. David Habib, Mme Danièle Hoffman-Rispal, M. François Hollande, Mme Sandrine Hurel, M. Christian Hutin, Mme Monique Iborra, M. Jean-Louis Idiart, Mme Françoise Imbert, MM. Michel Issindou, Eric Jalton, Serge Janquin, Henri Jibrayel, Régis Juanico, Armand Jung, Mme Marietta Karamanli, M. Jean-Pierre Kucheida, Mme Conchita Lacuey, MM. Jérôme Lambert, François Lamy, Mme Colette Langlade, M. Jean-Yves Le Bouillonnec, Mme Marylise Lebranchu, MM. Patrick Lebreton, Gilbert Le Bris, Jean-Yves Le Déaut, Michel Lefait, Jean-Marie Le Guen, Mme Annick Le Loch, M. Patrick Lemasle, Mmes Catherine Lemorton, Annick Lepetit, MM. Bruno Le Roux, Jean-Claude Leroy, Bernard Lesterlin, Serge Letchimy, Michel Liebgott, Mme Martine Lignières-Cassou, MM. Albert Likuvalu, François Loncle, Victorin Lurel, Jean Mallot, Louis-Joseph Manscour, Mmes Jacqueline Maquet, Jeanny Marc, Marie-Lou Marcel, MM. Jean-René Marsac, Philippe Martin, Mmes Martine Martinel, Frédérique Massat, MM. Gilbert Mathon, Didier Mathus, Mme Sandrine Mazetier, MM. Michel Ménard, Kléber Mesquida, Didier Migaud, Pierre Moscovici, Pierre-Alain Muet, Philippe Nauche, Henri Nayrou, Alain Néri, Mmes Marie-Renée Oget, Françoise Olivier-Coupeau, MM. Michel Pajon, Christian Paul, Mme George Pau-Langevin, MM. Germinal Peiro, Jean-Luc Perat, Jean-Claude Perez, Mmes Marie-Françoise Pérol-Dumont, Martine Pinville, MM. Philippe Plisson, François Pupponi, Mme Catherine Quéré, MM. Jean-Jack Queyranne, Dominique Raimbourg, Mmes Marie-Line Reynaud, Chantal Robin-Rodrigo, MM. Alain Rodet, Bernard Roman, René Rouquet, Alain Rousset, Patrick Roy, Michel Sainte-Marie, Michel Sapin, Mme Odile Saugues, M. Christophe Sirugue, Mme Christiane Taubira, M. Pascal Terrasse, Mme Marisol Touraine, MM. Jean-Louis Touraine, Philippe Tourtelier, Jean Jacques Urvoas, Daniel Vaillant, Jacques Valax, André Vallini, Manuel Valls, Michel Vauzelle, Michel Vergnier, André Vézinhet, Alain Vidalies, Jean-Michel Villaumé, Jean-Claude Viollet et Philippe Vuilque.

Abstention: 6

MM. Gérard Charasse, Paul Giacobbi, Jean Michel, Arnaud Montebourg, Mmes Dominique Orliac et Sylvia Pinel.

Groupe Gauche démocrate et républicaine (25) :

Contre: 24

Mme Marie-Hélène Amiable, M. François Asensi, Mmes Huguette Bello, Martine Billard, MM. Alain Bocquet, Patrick Braouezec, Jean-Pierre Brard, Mme Marie-George Buffet, MM. Jean-Jacques Candelier, André Chassaigne, Yves Cochet, Jacques Desallangre, Marc Dolez, Mme Jacqueline Fraysse, MM. André Gerin, Pierre Gosnat, Maxime Gremetz, Jean-Paul Lecoq, Noël Mamère, Roland Muzeau, Daniel Paul, François de Rugy, Jean-Claude Sandrier et Michel Vaxès.

Groupe Nouveau Centre (23) :

Pour: 11

MM. Raymond Durand, Michel Hunault, Olivier Jardé, Yvan Lachaud, Maurice Leroy, Nicolas Perruchot, Rudy Salles, François Sauvadet, Marc Vampa, Francis Vercamer et Philippe Vigier.

Contre: 6

MM. Jean-Pierre Abelin, Jean Dionis du Séjour, Philippe Folliot, Jean-Christophe Lagarde, Jean-Luc Préel et François Rochebloine.

Abstention: 5

MM. Thierry Benoit, Charles de Courson, Francis Hillmeyer, Mme Colette Le Moal et M. Claude Leteurtre.

Députés n’appartenant à aucun groupe (8) :

Contre: 7

MM. Abdoulatifou Aly, François Bayrou, Mme Véronique Besse, MM. Nicolas Dupont-Aignan, Jean Lassalle, Dominique Souchet et François-Xavier Villain.

MISES AU POINT AU SUJET DU PRESENT SCRUTIN (N° 386)

(Sous réserve des dispositions de l’article 68, alinéa 4, du Règlement de l’Assemblée nationale)

M. William Dumas, M. Guillaume Garot, Mme Pascale Got, M. Simon Renucci, M. Marcel Rogemont, qui étaient présents au moment du scrutin ou qui avaient délégué leur droit de vote ont fait savoir qu’ils avaient voulu voter « contre »

Maintenant vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas.




On est en guerre…

La troisième guerre mondiale sera civile

C’est devenu un credo, pas ma volonté. Une certitude que je ne pourrais démontrer et que je regrette.

Courrier Picard

Courrier Picard

Partout sur la planète le gouvernement financier mondialisé bafoue les principes les plus élémentaires d’humanité, nie tout ce qui fait d’un homme du 21ème siècle un être généralement civilisé et doué de raison.

En France le modèle républicain que nos ancètres ont mis 8 générations à construire est pulvérisé au rythme des faits divers dans un quotidien régionnal. L’exceptionnelle mise en valeur du showbiz politico financier n’a d’égal que l’infinie dénégation du statut de citoyen « libre, égal, frère » au quidam apte a subir toutes les brimades et les humiliations capables de sortir des cerveaux malades habitants les ministères et leurs serviteurs.

Rien ne saura jamais réparer les affronts subis par le peuple héritier des lumières.




Julien Coupat est toujours en détention…

Chez Libé

Chez Libé

La France détiens toujours son prisonnier politique. Déclaré coupable par la ministre de l’intérieur, alors que le dossier d’instruction est vide, Julien COUPAT vit en détention depuis le 11 novembre 2008.

Rien ne permet de relier effectivement Julien COUPAT aux actes de sabotages qui lui sont reprochés et abusivement qualifiés de terroristes ! Bien que la ministre de l’intérieur se soit vantée d’une longue surveillance et que l’instruction ait bénéficié de moyens tout à fait exceptionnels afin de charger les résidents de la ferme de Tarnac, le dossier reste vide. UN vide que n’arrive même pas à combler la retranscription d’une émission télé ou a été interviewé lGérard, le père de Julien.

Alors que des activistes anti-nucléaire en Allemagne revendiquent les sabotages, les pouvoirs publics français essayent par tout les moyens d’inventer la culpabilité d’un homme dont le plus grand tord a été de posséder un exemplaire d’un livre comprenant trop de mots de plus de 5 lettres pour pouvoir être compris par la tête ou les bras de notre état.

Il est de notre devoir de citoyen français d’exiger que cesse ces exactions qui bafouent et insultent le premier mot de notre devise, liberté : liberté pour Julien COUPAT, liberté et réparation.

Le gouvernement, l’interieur et la justice, ainsi que le chef de l’état sont coupables. Coupables de maintenir enfermé un innocent (jusqu’à preuve du contraire) derrière les barrreaux dans le seul but de destabiliser ce qui reste de gauche en France. Julien COUPAT est un prisonnier politique. Le chef de l’état et les ministères de l’intérieur et de la justice, avec la complicité de l’assemblée nationale, ramènent notre pays au niveau des pires dictatures que l’on nous montre à la télé en dénonçant leurs prisons politiques.

…Schijo




Si la solidarité devient un délit…

le site

le site

Nous demandons à être poursuivis pour ce délit !

Tel est l’appel à la mobilisation pour demain mercredi 8 avril 2009.

En effet, dans la France de Sarkozy la solidarité devient un délit. Là ou nous critiquions l’individualisme érigé en valeur, l’état institue l’altruisme en faute. Quand notre devise est autant bafouée l’article 35 doit être appliqué :

Article 35
Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

Cette journée de solidarité est donc à part entière une journée de défense et d’application de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.




Julien Coupat, déjà 166 jours…

C’est mon anniversaire aujourd’hui (je ne vous dirais pas mon age) et après la journée de taf, ce sera un jour de fête. Cette fête n’aura pas lieu sans une pensée pour Julien COUPAT, prisonnier politique en France depuis 166 jours. Les médias n’en parlent plus du tout alors on a parfois tendance à l’oublier…on a donc le devoir d’en parler nous-même.

Le point sur le vide abyssal du dossier d’instruction (Le Monde)

Edito du Monde le 17 mars

Le site du comité de soutien aux inculpés de Tarnac.

Pour ceux qui ne l’ont pas encore lu, l’insurrection qui vient est téléchargeable en PDF.

L\’insurection qui vient.




Ce sont des « Justes » qu’on enferme!

Cliquez pour signer la péition

Cliquez pour signer la péition

A l’occasion de l’arrestation dans la rue, le 17 février, d’un compagnon d’Emmaüs en situation irrégulière, le responsable de la communauté située à la Pointe Rouge à Marseille a été mis en garde à vue: il avait refusé de communiquer aux forces de l’ordre les noms de ses résidents « ayant une consonance étrangère hors espace Schengen » (sic).




La justice…

L'article du Point

Article sur Le Point

Un témoin qui ne reconnait pas l’accusé, des suspects cités sur lesquels le parquet ne souhaite pas travailler…

Vous avez encore confiance en la justice ?

Schijo




Licenciée pour avoir envoyé des mails personnels…

L’AFP nous l’apprend : le tribunal des prud’hommes d’Angers (sans doute encore une référence de justice et d’humanité autant que de modernité) confirme le licenciement d’une assistante de gestion pour l’envoi de 156 courriels personnels en deux mois depuis son lieu de travail : « l’Association de gestion et de comptabilité du Maine-et-Loire ».

  • Licenciée pour abus de mails personnels au bureau, l’employée fait appel

    04/02/2009-[12:58] – AFP

    ANGERS, 4 fév 2009 (AFP) – Une jeune femme, licenciée pour avoir envoyé 156 courriels personnels en deux mois depuis son lieu de travail et qui a échoué vendredi à faire condamner ce licenciement devant le conseil des prud’hommes d’Angers, a décidé de faire appel, a annoncé mercredi son avocate.

    « Tout le débat tourne autour de +l’utilisation abusive de la messagerie internet de l’entreprise à des fins personnelles+ », épinglée dans le jugement en premier ressort, a indiqué l’avocate de l’employée, Me Brigitte Sublard, jointe au téléphone par l’AFP. « Qu’est-ce qu’on veut dire par +utilisation abusive+’ Y a-t-il des quotas de courriers personnels’ Quels quotas’ », a interrogé l’avocate, qui souligne que « la jeune femme n’a jamais été avertie du fait qu’elle faisait trop de courriels » avant d’apprendre son licenciement. Lors de l’audience le 4 juin 2008, la jeune femme avait fait valoir qu’elle « avait besoin de dialoguer avec sa mère après le décès de son compagnon ». L’assistante de gestion, licenciée en mai 2007, réclame 26.000 euros de dommages et intérêt de son ex-employeur, l’Association de gestion et de comptabilité du Maine-et-Loire, pour « licenciement sans cause réelle et sérieuse ». Le juge départiteur du conseil des prud’hommes d’Angers a reconnu dans son jugement qu’on pouvait utiliser occasionnellement la messagerie à des fins personnelles, tout en estimant qu’on pouvait reprocher à la salariée « la fréquence et l’importance en volume de telles communications ».

156 mails en deux mois, ça fait à raison de 20 jours de travail par mois, un peu moins de 4 mails par jour…comment peut-on en envoyer aussi peu ? A moins d’être aussi nul au clavier qu’un membre de conseil de prud’hommes, le mystère reste entier…

Un conseil à tous : adresse gmail, connexion sécurisée via l’adresse « https://mail.google.com » et que les employeurs juges et législateur rétrogrades aillent se faire voir dans un autre siècle. Pour ceux qui ont quelquechose contre google…d’autres webmails proposent une connection en « https », à vous de les trouver.

Quel pays de vieux cons…




  • Nuage de tags

  •  

    • 2016 (1)
    • 2015 (5)
    • 2013 (5)
    • 2011 (1)
    • 2010 (27)
    • 2009 (155)
    • 2008 (9)
  • ACTA