Blackout du Net en France

Posts Taggués avec ‘prison’

Le spam belge…

Belgique – Faits divers mar 26 mai, 12:20

Le tribunal correctionnel de Bruges a condamné mardi un homme qui avait bombardé la commune de Blankenberge de mails pendant des années à un an de prison pour harcèlement. C’est la première fois qu’un citoyen est condamné pour avoir harcelé une commune.

Henri Vandenbosch présidait un club de pétanque de Blankenberge. En 2002, la commune lui a dit que le club devait quitter le Parc Léopold. Il a alors envoyé des dizaines de lettres et mails de protestation à l’administration communale.

Entre septembre 2002 et avril 2007, il a envoyé 132 courriers électroniques. La plupart reprenaient des questions, des remarques, des considérations et des requêtes.

En 2007, la commune a porté plainte afin de mettre un terme à ces envois intempestifs. Le tribunal a condamné le prévenu à un an de prison ferme et à une amende de 1.100 euros avec sursis pour la moitié. Le ministère public a requis son arrestation immédiate mais n’a pas été suivi par le tribunal.

C’est RTLinfo.be qui nous l’apprend. On avait déjà eu en France une employée licenciée pour avoir envoyé une moyenne de 3 mails par jour depuis son adresse pro mais les Belges visiblement tiennent à leur réputation et ont décidé de faire plus fort : envoyer en prison un administré qui contacte l’administration de sa commune tous les 12,5 jours (à la louche). L’histoire ne dit pas si il y a eu réponse de l’administration…

Qu’en serait-il si M. Vandenbosch avait envoyé un courrier papier à son bourgmestre tous les 12 jours ? Aurait-il été inquiété ? Rendu responsable de la déforestation ?

Il semble qu’ici comme un peu au nord les personnes qui rendent les décisions de justice vivent dans un monde différent du notre, un monde ou le mail ne concurence pas le courrier postal, un monde ou pour trouver où cliquer avec le mulot il faut plusieurs heures…

Au fait, si vous trouvez cette plainte et ce jugement dégoutant vous pouvez toujours contacter l’hôtel de ville de Blankenberge à l’adresse stadhuis@blankenberge.be, mais attention n’envoyez pas de messages trop souvent…vous pourriez réveiller un fonctionnaire endormi.




Citation

Surveillants, cantine, parties de foot dans la cour, emploi du temps, divisions, camaraderie, baston, laideur des architectures : il faut avoir séjourné en prison pour prendre la pleine mesure de ce que l’école, l’innocente école de la République, contient, par exemple, de carcéral.

Julien COUPAT

Tiré d’un entretien sur LeMonde.fr

Pour rappel l’insurrection qui vient est librement téléchargeable ici.




Julien Coupat est toujours en détention…

Chez Libé

Chez Libé

La France détiens toujours son prisonnier politique. Déclaré coupable par la ministre de l’intérieur, alors que le dossier d’instruction est vide, Julien COUPAT vit en détention depuis le 11 novembre 2008.

Rien ne permet de relier effectivement Julien COUPAT aux actes de sabotages qui lui sont reprochés et abusivement qualifiés de terroristes ! Bien que la ministre de l’intérieur se soit vantée d’une longue surveillance et que l’instruction ait bénéficié de moyens tout à fait exceptionnels afin de charger les résidents de la ferme de Tarnac, le dossier reste vide. UN vide que n’arrive même pas à combler la retranscription d’une émission télé ou a été interviewé lGérard, le père de Julien.

Alors que des activistes anti-nucléaire en Allemagne revendiquent les sabotages, les pouvoirs publics français essayent par tout les moyens d’inventer la culpabilité d’un homme dont le plus grand tord a été de posséder un exemplaire d’un livre comprenant trop de mots de plus de 5 lettres pour pouvoir être compris par la tête ou les bras de notre état.

Il est de notre devoir de citoyen français d’exiger que cesse ces exactions qui bafouent et insultent le premier mot de notre devise, liberté : liberté pour Julien COUPAT, liberté et réparation.

Le gouvernement, l’interieur et la justice, ainsi que le chef de l’état sont coupables. Coupables de maintenir enfermé un innocent (jusqu’à preuve du contraire) derrière les barrreaux dans le seul but de destabiliser ce qui reste de gauche en France. Julien COUPAT est un prisonnier politique. Le chef de l’état et les ministères de l’intérieur et de la justice, avec la complicité de l’assemblée nationale, ramènent notre pays au niveau des pires dictatures que l’on nous montre à la télé en dénonçant leurs prisons politiques.

…Schijo




Si la solidarité devient un délit…

le site

le site

Nous demandons à être poursuivis pour ce délit !

Tel est l’appel à la mobilisation pour demain mercredi 8 avril 2009.

En effet, dans la France de Sarkozy la solidarité devient un délit. Là ou nous critiquions l’individualisme érigé en valeur, l’état institue l’altruisme en faute. Quand notre devise est autant bafouée l’article 35 doit être appliqué :

Article 35
Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

Cette journée de solidarité est donc à part entière une journée de défense et d’application de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.




Julien Coupat, déjà 166 jours…

C’est mon anniversaire aujourd’hui (je ne vous dirais pas mon age) et après la journée de taf, ce sera un jour de fête. Cette fête n’aura pas lieu sans une pensée pour Julien COUPAT, prisonnier politique en France depuis 166 jours. Les médias n’en parlent plus du tout alors on a parfois tendance à l’oublier…on a donc le devoir d’en parler nous-même.

Le point sur le vide abyssal du dossier d’instruction (Le Monde)

Edito du Monde le 17 mars

Le site du comité de soutien aux inculpés de Tarnac.

Pour ceux qui ne l’ont pas encore lu, l’insurrection qui vient est téléchargeable en PDF.

L\’insurection qui vient.




RealTV à la prison…

Personne n’y a échappé, avant les fêtes il faut bien penser un peu aux autres alors tous vos journaux reprennent en chœur la nouvelle : des détenus sont parvenus à filmer Fleury Mérogis de l’intérieur ! Des réalisateurs ont décidé d’en faire un film documentaire qui sera peut-être diffusé ultérieurement…quand on pourra vous dire « ça c’était il y a des années, aujourd’hui tout à changé ».

A quoi bon tous ces commentateurs offusqués qui semblent découvrir aujourd’hui les conditions épouvantables de détention, telles que si on réservait le même sort à des animaux la SPA porterait plainte ? Les prisons françaises sont dans un état déplorable, surpeuplées, abandonnées… l’OIP ne cesse de tirer la sonnette d’alarme depuis des années, mais jamais au grand jamais un grand débat sur la détention :

une prison en France c’est juste une cage dans laquelle on mets celui qui ne s’est pas soumis aux lois de la république et pires sont les conditions, plus ça le dissuadera d’y retourner…

Depuis tant d’années que dans tant de pays ce modèle a prouvé son inefficacité nous en sommes toujours là : prétendre que des conditions de détention inhumaines serait LA solution pour amener les délinquants et criminels à « rentrer dans le droit chemin ». C’est sûr : envoyer un jeune pratiquant du vol alimentaire à l’étalage en prison alors qu’on n’a jamais vraiment essayé de lui donner d’autres moyens de se nourrir ça le renseigne sur l’état de notre société, sur la valeur des devises inscrites au fronton de la république « liberté, égalité, fraternité ».

Liberté de subir les lois iniques votées par ceux qui bénéficient de l’immunité. Liberté de payer toujours et encore plus pour un système sécuritaire pas même foutu de garantir la sécurité des moyens de survie pour chacun…elles sont belles les caméras de vidéo surveillance qui veillent sur votre voiture flambant neuve, la vitrine du bijoutier et restent aveugles devant le SDF qui se meurt de faim et de froid. Elle est belle la liberté qui raccompagne à la frontière le grand-père qui a été chercher à la sortie de l’école sa petite-fille française. Elle s’exprime au plus haut niveau la liberté à Fleury Mérogis, comme dans n’importe quelle prison ou autre centre de « rétention »…

Égalité quand celui qui, par ses détournements et abus de biens sociaux, aura plongé des milliers de familles dans la misère se retrouve bénéficiaire d’une suite royale dans le quartier VIP à la santé et quand le crève la faim qui aura juste chapardé pour se nourrir se retrouve parqué entre un tueur et un violeur dans une cellule prévue pour une seule personne. Égalité quand celui qui a fait le plus de mal à la société reçoit les égards des médias, se voit convier sur les plateaux de télés dès sa sortie et quand le petit délinquant est re-balancé dans la rue sans autre moyen de subsistance que ceux jugés illégaux par ceux qui ne sont pas soumis à la loi.

Fraternité quand on enferme ses concitoyens dans des oubliettes où l’on ne laisserait pas entrer son chien, où l’on ne laisserait pas son voisin enfermer un animal sans appeler la SPA.

Les personnes qui sont condamnées à des peines de prison ont pour la plupart commis une faute préjudiciable à la société et la règle est que celle-ci les condamne à une peine d’enfermement pour tenter d’obtenir réparation de son préjudice. Si, le fait que quelqu’un soit enfermé est capable d’apporter réparation à la société, j’aimerais que l’on m’explique par quel principe : un détenu ne rapporte rien à la société ni au pays, un détenu coûte de l’argent, un détenu n’a pas d’action sur la société puisqu’il en est complétement exclu. S’il ne peut, de part son état de détenu, agir sur la société, il ne peut apporter réparation de quoi que ce soit. Il est juste là pour satisfaire le besoin de vengeance qu’éprouve le public face au préjudice qu’il a, éventuellement, subi.

Depuis tant de siècles que les lois et les sanctions existent, pourquoi n’avons nous jamais eu de débat majeur sur la sanction pénale, ses buts et ses fondements ? Au 21ème siècle seule la solution de l’enfermement qui n’a cessé de démontrer son inefficacité reste envisagée par le législateur. Rien n’est réfléchi ou tenté pour trouver des sanctions qui permettraient effectivement à l’ex détenu de dire « j’ai payé ma dette, la société et moi sommes quittes ». Tout par contre est fait pour que le délinquant subisse toute sa vie le poids d’une faute, faute qui a été commise parce que la société n’a pas réussi à convaincre l’individu de la pertinence de ses règles. Car c’est de cela qu’il s’agit : comment dans la prévention, mais aussi dans la répression, la société peut-elle convaincre l’individu que ses lois ont un sens et qu’il est de l’intérêt commun, donc aussi de la somme des ‘intérêts individuels, que celles-ci soient respectées.

Une sanction devrait être constructrice, notre système carcéral est destructeur, en cela il empêche l’individu de se construire une personnalité en accord avec les règles de la société. Essayer de « rééduquer » les délinquants et criminels avec notre prison c’est comme essayer d’éteindre un feu avec de l’essence.

…Schijo




  • Nuage de tags

  •  

    • 2016 (1)
    • 2015 (5)
    • 2013 (5)
    • 2011 (1)
    • 2010 (27)
    • 2009 (155)
    • 2008 (9)
  • ACTA