Blackout du Net en France

Posts Taggués avec ‘sarkozy’

Encore un artiste non reconu par le ministère de la culture…

Ce n’est pas que j’affectionne son œuvre, mais il a au moins le mérite de prendre une position plus courageuse et sensée que celle des artsitaillons asservis aux majors jusque dans leur conscience (quand ils en ont une).



Société 2.0 –


Invité mardi soir sur France 3 dans une émission de Frédéric Taddéi consacrée exclusivement à l’Hadopi, le chanteur et militant politique Francis Lalanne a sonné une violente charge contre l’Hadopi et contre la répression du piratage. Extraits.




(pardon pour le décalage de son)


Tête de liste aux élections européennes dans le Sud-Est et porte-parole national de l’Alliance écologiste indépendante (AEI), le chanteur Francis Lalanne était mardi invité de l’émission de Frédéric Taddéi Ce Soir ou Jamais, consacrée à la loi Hadopi. L’artiste, qui vient de publier un pamphlet de 12.000 vers contre Nicolas Sarkozy, a fustigé le projet de loi Création et Internet, qu’il juge à la fois dépassé et surtout dangereux pour la République.


Estimant que c’est l’Hadopi « le vrai pirate », il décrit la haute autorité prévue par le projet de loi comme une « administration qui va venir chez les gens, fonctionner comme une administration judiciaire, et policière« . « Et ça ce n’est plus la République« , assène Francis Lalanne, qui y voit le symbole d’une « dictature civile« .


« Je ne suis pas d’accord en tant que citoyen pour que les élus de la République nomment des gens qui ne sont pas élus, qui ne sont pas élus pour constituer une sorte d’administration comme ça, des gens qui s’arrogent le pouvoir judiciaire, le pouvoir policier, et qui vont pouvoir débouler chez les gens, pour couper ton électricité, couper ton internet…« .


« C’est la dictature civile« , répète le candidat aux Européennes.


« Moi je suis pour le libre accès à la connaissance et à la culture et moi je vis de ma musique, et s’il fallait que j’en vive un peu moins bien mais que cela favorise l’accès plus large à l’information et à la connaissance de ce que je produits j’en serai heureux parce qu’on ne va pas commencer à mettre des barrières entre les gens et l’art au motif que l’on voudrait refaire sa piscine« , a indiqué Francis Lalanne.


« Il faut qu’on arrête de confondre dans ce pays la garantie des droits et la répression (…) je ne dis pas que l’œuvre intellectuelle n’a pas de valeur, mais elle n’a pas forcément la valeur que la société de consommation décide qu’elle a. Moi je suis désolé mais mon œuvre intellectuelle me permets de vivre même si je ne vends pas de disques demain« 


« Moi-même je suis producteur indépendant et j’ai appris à adapter mes coûts de production aux fluctuations du marché et effectivement, et quand le marché est moins florissant je fais un petit peu attention, je dépense moins mais ça ne veut pas dire que ce que je crée est moins bien« .


« Imputer la crise du marché du disque à ce qu’on appelle le piratage c’est une imposture. S’il y a eu une crise et il y en a une, ça n’est pas à cause des gens qui téléchargent de la musique comme il est faux de dire que les gens qui téléchargent n’achètent pas de disques. Maintenant il y a une telle offre qu’il est sûr qu’on ne pourra pas tout acheter« .


« Je préfère que quelqu’un ‘vole’ ma musique plutôt qu’il ne l’écoute pas« .


Il donne, finalement, le mot de la fin : « la peur du gendarme n’est pas le commencement de la sagesse, mais le commencement de la violence« .


Article diffusé sous licence Creative Common by-nc-nd 2.0, écrit par Guillaume Champeau pour Numerama.com

Bien sûr, cette position vaut aussi recommandation à acheter (CD, dérivés mais surtout places de concert)

Jo.




On est en guerre…

La troisième guerre mondiale sera civile

C’est devenu un credo, pas ma volonté. Une certitude que je ne pourrais démontrer et que je regrette.

Courrier Picard

Courrier Picard

Partout sur la planète le gouvernement financier mondialisé bafoue les principes les plus élémentaires d’humanité, nie tout ce qui fait d’un homme du 21ème siècle un être généralement civilisé et doué de raison.

En France le modèle républicain que nos ancètres ont mis 8 générations à construire est pulvérisé au rythme des faits divers dans un quotidien régionnal. L’exceptionnelle mise en valeur du showbiz politico financier n’a d’égal que l’infinie dénégation du statut de citoyen « libre, égal, frère » au quidam apte a subir toutes les brimades et les humiliations capables de sortir des cerveaux malades habitants les ministères et leurs serviteurs.

Rien ne saura jamais réparer les affronts subis par le peuple héritier des lumières.




Julien Coupat est toujours en détention…

Chez Libé

Chez Libé

La France détiens toujours son prisonnier politique. Déclaré coupable par la ministre de l’intérieur, alors que le dossier d’instruction est vide, Julien COUPAT vit en détention depuis le 11 novembre 2008.

Rien ne permet de relier effectivement Julien COUPAT aux actes de sabotages qui lui sont reprochés et abusivement qualifiés de terroristes ! Bien que la ministre de l’intérieur se soit vantée d’une longue surveillance et que l’instruction ait bénéficié de moyens tout à fait exceptionnels afin de charger les résidents de la ferme de Tarnac, le dossier reste vide. UN vide que n’arrive même pas à combler la retranscription d’une émission télé ou a été interviewé lGérard, le père de Julien.

Alors que des activistes anti-nucléaire en Allemagne revendiquent les sabotages, les pouvoirs publics français essayent par tout les moyens d’inventer la culpabilité d’un homme dont le plus grand tord a été de posséder un exemplaire d’un livre comprenant trop de mots de plus de 5 lettres pour pouvoir être compris par la tête ou les bras de notre état.

Il est de notre devoir de citoyen français d’exiger que cesse ces exactions qui bafouent et insultent le premier mot de notre devise, liberté : liberté pour Julien COUPAT, liberté et réparation.

Le gouvernement, l’interieur et la justice, ainsi que le chef de l’état sont coupables. Coupables de maintenir enfermé un innocent (jusqu’à preuve du contraire) derrière les barrreaux dans le seul but de destabiliser ce qui reste de gauche en France. Julien COUPAT est un prisonnier politique. Le chef de l’état et les ministères de l’intérieur et de la justice, avec la complicité de l’assemblée nationale, ramènent notre pays au niveau des pires dictatures que l’on nous montre à la télé en dénonçant leurs prisons politiques.

…Schijo




Si la solidarité devient un délit…

le site

le site

Nous demandons à être poursuivis pour ce délit !

Tel est l’appel à la mobilisation pour demain mercredi 8 avril 2009.

En effet, dans la France de Sarkozy la solidarité devient un délit. Là ou nous critiquions l’individualisme érigé en valeur, l’état institue l’altruisme en faute. Quand notre devise est autant bafouée l’article 35 doit être appliqué :

Article 35
Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

Cette journée de solidarité est donc à part entière une journée de défense et d’application de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.




La cuisine est dangereuse…

L article de l Alsace

L article de l Alsace

On savait que manger trop de viande pouvait tuer. Aujourd’hui même la cuisine végétalienne semble trop dangereuse au goût de nos dirigeants…à moins qu’il ne s’agisse que d’une obstruction à la liberté d’expression… on n’ose y croire.

…Schijo




Julien Coupat, déjà 166 jours…

C’est mon anniversaire aujourd’hui (je ne vous dirais pas mon age) et après la journée de taf, ce sera un jour de fête. Cette fête n’aura pas lieu sans une pensée pour Julien COUPAT, prisonnier politique en France depuis 166 jours. Les médias n’en parlent plus du tout alors on a parfois tendance à l’oublier…on a donc le devoir d’en parler nous-même.

Le point sur le vide abyssal du dossier d’instruction (Le Monde)

Edito du Monde le 17 mars

Le site du comité de soutien aux inculpés de Tarnac.

Pour ceux qui ne l’ont pas encore lu, l’insurrection qui vient est téléchargeable en PDF.

L\’insurection qui vient.




La justice…

L'article du Point

Article sur Le Point

Un témoin qui ne reconnait pas l’accusé, des suspects cités sur lesquels le parquet ne souhaite pas travailler…

Vous avez encore confiance en la justice ?

Schijo




Appel de soutien depuis la Guadeloupe.

par Arsène Marie-Josephe

Mondialisation.ca, Le 11 février 2009

Chers compatriotes,

C’est un appel de soutien que je lance depuis la Guadeloupe.

Un collectif de 52 organisations {comprenant tous les syndicats, des groupements de mutuelle, des fédérations d’associations, les plus grosses associations de la Guadeloupe, le syndicat des transporteurs, les syndicats des stations de service, syndicat de pêcheurs, etc} a lancé un mouvement de grève depuis le 20 janvier 2009.

Des négociations on été engagées au World Trade Center, avec autour de la table de négociation, une représentation de l’ensemble des décideurs de la Guadeloupe :

– Le collectif : *Lyanag kont profitasyon* – Rassemblement contre les profiteurs

– Les élus : Conseil Régional – Conseil Général – Les maires – les Députés – Les Sénateurs

– Les socio professionnels : MEDEF – CGPME – CTPME – CCI – CES – etc

– L’Etat : Préfet de Région – Les Directeurs d’administration centrale

Suite à la lecture d’une note émise par le Secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer, Yves JEGO, le Préfet de Région a décidé d’abandonner la table de négociations pour soi-disant se mettre à travailler.

Aujourd’hui, vendredi 30 janvier 2009, près de 60.000 personnes ont défilé dans les rues de Pointe à Pitre, afin de démontrer leur soutien au « kolectif », or les médias métropolitains, confisqués par SARKOZY, ne font guère écho de ce mouvement dont la substance est unique dans l’histoire de France; car, c’est la première fois qu’un telle manifestation arrive a créer un consensus de toutes les forces vives d’une Région et sans exclusive.

La Guadeloupe réclame la venue du Premier Ministre pour gérer une fin de cette crise. Or, le ministre de tutelle, en l’occurrence Monsieur JEGO, refusant de jouer son rôle légal, refuse de se rendre en Guadeloupe par peur de…

L’Etat Français s’est défaussé devant le peuple guadeloupéen qui a assisté en direct à la démission du gouvernement.

Les négociations étaient retransmises par 3 chaines de télévision locale, les téléspectateurs ont assisté au départ du Préfet qui a refusé de continuer les négociations, promettant de sévir en cas de dérapage.

17 Airbus ont débarqué depuis début janvier, avec près de 4000 militaires/gendarmes/CRS, armés jusqu’aux dents. Des chars d’assauts, des minutions, des cercueils en plastique, des vivres ont également été acheminés en même temps que ces forces de répression. Ce tel dispositif de guerre coûte 3 millions d’euros par jour au contribuable français. Les guadeloupéens auraient préféré que cet argent serve à résoudre quelques uns des 146 points de la plateforme de revendications.

L’Etat français a tiré sur la foule à plusieurs reprises en Guadeloupe : 1910 – 1925 – 1952 – 1967

En 1967, suite à un fort mouvement de grève, messieurs MESSMER, MARCELIN et DE GAULLE ont fait tirer sur la foule et tuer plus de 170 personnes – officiellement seuls 31 morts ont été déclarés par l’Etat.

Pendant que je rédige ce document, le gouvernement vient de décider de transférer les rédactions de RFO à Paris, les émissions locales ne seront plus produites localement.

Sarkozy se fabrique sa dictature par ses exactions, voilà que l’Outre-Mer revient 30 ans en arrière avec les pratiques coloniales.

Chers compatriotes, je vous demande de diffuser ce document par vos relais, il faut que toute la France sache que l’on se bat pour l’ordre juste et contre les profiteurs de toute nature.

* »La gwadloup cé tan nou – la gwadloup cé pa ta yo – yo bisyon fé sa yo vlé – a dan péyi en nou »

* /* »La Guadeloupe est à nous – la Guadeloupe n’est pas à eux – ils veulent faire ce qu’ils veulent – dans notre pays. »

Le 7 février 2009.

Articles de Arsène Marie-Josephe publiés par Mondialisation.ca

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=12256

Cet article est qualifié de rumeur par plusieurs sources proches du pouvoir ou des grands médias. Je ne me prononcerais pas sur son athenticité car ma vue ne porte pas jusque vers ces territoires lointains (par la géographie, pas par l’état social). Ce qui reste certain c’est que les faits historiques qui sont mentionnés sont vrais et facilement vérifiables…pourquoi en serait-il autrement pour le reste ? Après tout quand un escadron de gendarmes est envoyé bruler les paillotes en Corse l’état n’est pas non plus prompt à le reconnaitre.

Schijo




Avertissement !

Trouvé ici




Contractions, contractions…

Il fut un temps où nous aurions parlé de récession…mais voilà que les économistes et politiques post-rupture sarkostique dans leur novlangue ont accouché du terme contraction…comme pour nous signifier un état passager annonçant un heureux évènement…

Donc après plusieurs trimestres de récession contraction, l’année 2009 s’annonce encore en « contraction ». Voilà une gestation digne d’une éléphante qui tranche bien avec la brutalité du concept de rupture prônée par celui qui critiquait l’analogie avec les éléphants des responsables du parti adverse.

Pour ma part je continuerait à parler de récession pour les derniers trimestres 2008 ainsi que pour l’année 2009.

Un article d’un journal qu’on ne peut accuser d’être trop critique vis-à-vis du pouvoir actuel

Schijo




SarkoTV toujours…

Pour éclairer un peu la lanterne de ceux qui heureusement gardent un doute suite à l’intervention télévisée de notre omniprésident :

Bêtisier présidentiel

De quoi se demander si ce bonhomme dispose bien des capacités à diriger un pays, non ?

Jo.




SarkoTV, les réactions aux réactions…

Chacun a le droit d’être réactionnaire un coup de temps en temps, votre fidèle Schijo aussi.

Les réactions à Gauche (modérée) :

Olivier Besancenot, porte-parole de la LCR :

« Pendant 90 minutes hier soir, on a simplement obtenu 90 bonnes raisons supplémentaires de se mobiliser face à la politique de Nicolas Sarkozy ». Il n’y a pas eu de « tournant social » dans le discours de Nicolas Sarkozy. « Les solutions pour les victimes de la crise, il n’en a pas parlé ». Le président de la République a certes parlé de « partage du profit », un dossier sur lequel « le gouvernement est extrêmement actif », « il a été élu par 53% de la population mais ses mesures concrètes ne sont faites que pour 7% de la population privilégiée ». La fin annoncée de la taxe professionnelle, n’est qu’un « cadeau supplémentaire » offert par un gouvernement qui a décidé « cadeaux fiscaux sur cadeaux fiscaux ». (Déclaration, vendredi 6 février)

Encore un petit effort Olivier et tu pourra paraître combatif, plus le temps passe et moins tes interventions me semblent virulentes…reste une vérité : la première phrase citée, bien qu’on en avait pas besoin de ces 90 raisons, on en a déjà des milliards (et en euros).

Marie-George Buffet, secrétaire nationale du PCF :

« Je trouve que c’est assez lamentable, sa prestation ». « Il y a avait une véritable attente sur le pouvoir d’achat, sur les salaires et le président n’a absolument pas répondu à cela ». « J’espère qu’après » cette intervention, « il y a aura de nouveau des grandes mobilisations » dans la foulée de celle du 29 janvier, « parce que vraiment, on a l’impression qu’il n’a pour l’instant rien entendu ». Elle estime que cette mobilisation doit se faire avant la réunion du 18 février avec les syndicats annoncée par le chef de l’Etat, car « si on attend sans bouger je ne pense pas qu’on obtiendra les augmentations de salaires nécessaires, les réformes de la fiscalité nécessaires ». « Il n’y a rien de concret » sur le plan social, « par contre il y a une mesure concrète »: la suppression de la taxe professionnelle en 2010 qui représente « 8 milliards de cadeaux aux patrons ». Elle a aussi reproché à Nicolas Sarkozy de parler « des classes moyennes en évoquant les gens au Smic », tout en reconnaissant que la suppression de la première tranche de l’impôt sur le revenu était « une bonne mesure ». (Déclaration, vendredi 6 février)

Déjà Marie-Georges, je peux te dire que la prestation n’était pas lamentable…ce qui est lamentable c’est ce que vous avez fait du PCF depuis que vous avez décidé que le comunisme c’était trop à gauche pour le PCF. Je partage toutefois ton espoir de « grandes mobilisations » et comme toi je la souhaite avant le 18 février, l’idéal serait hier même. Je trouve que tu fais preuve d’une grande clairvoyance en prédisant que si rien ne bouge, rien ne se fera…Lapalisse doit en être tout bouleversé. Tu prends un peu trop la parole présidentielle pour parole d’évangile car la suppression de la taxe pro c’est pas 8 comme annoncé mais 25,5 milliards d’euros (en 2006, d’après la Commission permanente de concertation pour l’industrie). Sarkozaure (ben vi c’est un moderne à rebours qui veut nous ramener au temps de l’esclavagisme) parle classe moyenne pour les gens au SMIC, c’est juste une prédiction car si vous ne vous secouez pas un peu les puces c’est bien ce qui va arriver, la proportion de salariés au SMIC ou très proche ne cesse de croitre… Si en plus tu en oublies les règles de bases d’un impôt solidaire et égalitaire tu peux effectivement applaudir la suppression de la première d’impôt sur le revenu, impôt direct et proportionnel, qui sera n’en doutons pas compensée par une nouvelle taxe indirecte à taux fixe, toujours beaucoup plus inégalitaire ! C’est quand même fou ce que ça permet d’avoir à la tête d’un parti COMMUNISTE quelqu’un qui n’a jamais lu le moindre ouvrage de gauche !

Le Parti de gauche (PG), dissidence du parti de centre droit:

« Nicolas Sarkozy s’entête et enfume. (…) il a cherché pendant 90 minutes à profiter de la crise pour justifier sa politique tout en bottant en touche face aux demandes des Français ». (Déclaration, jeudi 5 février)

Avec un peu plus d’analyse politique on aurait pu apprendre quelquechose…vous avez rédigé cette réaction avant l’intervention télé-imposée ou quoi ?

Nathalie Arthaud et Arlette Laguiller (t’es plus en retraite ? Chouette !), Lutte ouvrière (LO) :

« Ceux parmi les travailleurs, les chômeurs, les retraités, qui n’attendaient rien du discours de Sarkozy ce soir n’auront pas été déçus. Sarkozy n’avait rien à leur dire, si ce n’est quelques mots hypocrites de compassion ». (Déclaration, jeudi 5 février)

Ca commence comme une pub de la française des jeux et ça finit comme une description de la française du je…pas mal. Mais tant qu’à faire vous auriez pu ajouter que ceux qui n’ont pas regardé ont gagné un peu plus de 90′ de temps de vie.

Au centre-droit :

François Hollande, l’ancien patron du PS :

« Il fallait bien qu’après cette mobilisation forte, après le succès de cette journée » du 29 janvier « il y ait une ouverture de négociations et pas simplement un rendez-vous et là je crois qu’on n’a pas le droit de le rater ». « S’il n’y avait pas là des décisions qui étaient prises et des négociations qui étaient ouvertes, alors le sentiment serait qu’il y a eu vraiment tromperie, mystification, et une nouvelle fois opération de communication ».  (Déclaration, vendredi 6 février)

Toujours aussi farfelu ce François…il a donc vu un signe d’ouverture de négociations, un truc plus fort qu’un rendez-vous et qu’il ne faut pas rater…tu prends quoi dis-donc François ? Ouvre les yeux ça fait pourtant un moment qu’il y a tromperie, mystification et opération de com…comme de faire croire que tu es (avec tes potes de la tête du PS) de gauche.

Manuel Valls, député PS de l’Essonne :

« J’ai le sentiment qu’il n’y a pas de cap, que la politique économique du pouvoir est contradictoire et qu’on ne sait pas très bien au fond où on va ». (Déclaration, vendredi 6 février)

Si François a des hallucinations Manuel lui souffre de cécité, je te montre Manuel :

  • Fiscalité: moins d’impôts pour les riches, plus de taxes pour les pauvres
  • Salaire: plus de SMIC pour tout le monde, plus d’euros pour les patrons et les banquiers
  • Social: extermination
  • Démocratie: tous les pouvoirs pour Nico et ses sponsors

Tout ça nous montre très bien où l’on économie ultra-libérale, politique ultra-totalitaire.Allez Manuel je sais bien qu’une opération fait toujours peur mais la greffe de cornées c’est de la routine maintenant… profites-en temps que la sécu existe encore.

Martine Aubry, premier secrétaire du PS (celle qui nous disait il y a peu que DSK est un « homme honnête »:

« On attendait un changement de cap, des décisions précises. On a eu un entêtement et quelques pistes, quelques hésitations ».

Tu attendais quoi Martine ?!? L’arlésienne ?

« Il s’est montré plus commentateur que décideur ».

Ben on a pas non interviewé Bouygues, Bolloré, etc…

« Tous les autres pays ont décidé de relancer la consommation et l’investissement à court terme, le président renvoie au 18 février des négociations, des discussions, des concertations, lui qui sait passer en force quand il faut baisser l’impôt des plus riches, quand il faut essayer de faire travailler le dimanche, quand il faut mettre la justice sous sa coupe ». « Là, il ne prend pas de décisions, il renvoie ».

Ben finalement tu vois il aurait pu être du PS ce président…

L’indemnisation du chômage partiel « est une bonne piste », « mais ô combien insuffisante par rapport à la crise ».

Le Fouquets ne dispose d’aucune information concernant cette crise dont vous parlez, merci de les en informer en venant diner le plus tôt possible, au fait le restaurant affiche complet pour les 4 prochaines années encore…

« Ce qui m’a beaucoup frappée quand même, c’est ce décalage ahurissant entre les témoignages qu’apportaient les Français souvent douloureux » face à un président qui « nous dit : « les gens ne consomment pas parce qu’ils épargnent » ».

Ah, il a fait une enquête…et dans son entourage on épargne et pour cause, on gagne trop pour réussir à tout dépenser…

« On attendait des mesures pour le pouvoir d’achat », « une relance de la consommation »

Toujours cette arlésienne…tu fumes quoi au petit déj ?

et « il a maintenu son cap des investissements sur le moyen et le long terme », « C’est bien de faire le TGV ou le canal Rhin-Rhône mais ce qui est le plus important aujourd’hui, c’est de relancer véritablement la consommation ».

Non le plis important aujourd’hui c’est de faire réviser la guillotine…

La décision de supprimer la taxe professionnelle, « ce n’est pas 8 milliards » comme l’a chiffrée le chef de l’Etat mais « 20 milliards ».

Presque bon…c’est 25 en fait.

« Il faut réformer » cet « impôt archaïque » mais « ce n’est pas une réponse à la crise ». (Déclaration, vendredi 6 février)

Divagations 6 février…

Benoît Hamon, porte-parole du PS (ex-potentielle aile gauche du centre-droit):

« Tout change, sauf Nicolas Sarkozy ». « On voit bien que ce président de la République se caractérise par une forme d’entêtement, d’obstination à penser qu’il a toujours raison seul contre tout le monde, mais surtout par une grande incohérence ». Il a fait valoir « à quel point il se contredit, à quel point il est hésitant devant cette crise et à quel point, il est finalement incohérent ». « Hier, la priorité du gouvernement, c’était l’emploi », pourtant le chef de l’Etat « maintient la défiscalisation des heures supplémentaires dont on sait qu’elle aggrave la situation du chômage ». « L’emploi est la priorité », mais il n’y a « pas de remise en cause du plan de non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux ». « Le plus frappant » était le « décalage » « entre les petits reportages qui ont illustré cette émission, la parole sincère souvent touchante, frappante de Français qui témoignaient de la difficulté de vivre et un président de la République qui, face à un monde dont il constate qu’il change (…) ne change absolument rien à sa politique ».

Enfin une paire d’yeux et une paire d’oreilles en bonne santé au PS ?

« Il n’est plus possible de poursuivre avec un président de la République qui ignore à ce point la difficulté, la brutalité et la dureté de la vie quotidienne des Français ». (Déclaration, jeudi 5 février)

Une vérité de dîte, Benoit si tes actes et tes votes pouvaient être en accord avec tes paroles…tes potes du PS te foutraient dehors.

Bertrand Delanoë, maire PS de Paris :

« Je m’étonne que le Président de la République ait privilégié le registre de la polémique en évoquant le dossier du SMA ». « Paris a appliqué le SMA lors de deux mouvements sociaux successifs » et il juge « que l’application de ce texte mal conçu pouvait mettre en péril la sécurité des enfants ». Pour lui, « laisser entendre qu’une grande ville pourrait plus facilement mettre en oeuvre le SMA traduit, soit une posture démagogique, soit une méconnaissance préoccupante du dossier ». « Lors du dernier mouvement social il aurait fallu pouvoir mobiliser 5.000 personnels encadrant en 48 heures pour accueillir les 75.000 enfants potentiellement concernés ». Le tribunal administratif « n’a pas contesté cette difficulté objective à laquelle le Président de la République n’apporte pas la moindre réponse opérationnelle ».

Mais on le sait Bertrand que les anglais ont triché et que ce n’est pas ta faute si on a pas eu les JO…

Il regrette par ailleurs « qu’à l’occasion d’une émission consacrée à la dégradation de la situation sociale en France, le chef de l’Etat ait proposé des réponses à ce point dispersées, aléatoires, inefficaces, qui traduisent à la fois l’incompréhension des attentes des français et l’absence de vision globale ». (Communiqué, jeudi 5 février)

Si tu n’avais sauté à pieds joints dans le piège de la polémique sur le SMA cette critique aurait eu bien plus de poids…

Victorin Lurel, député PS et président du conseil régional de Guadeloupe :

« Le président de la République n’a pas un mot pour la Guadeloupe ». « Malgré des questions sur la crise, le pouvoir d’achat et les mouvements sociaux, ce silence du chef de l’Etat est tout simplement choquant et stupéfiant, impensable si un territoire hexagonal avait connu pareil blocage ». « Ce silence est également méprisant au moment où ce territoire de la République traverse une crise sociale de très grande ampleur, générée par la politique gouvernementale ». (Communiqué, jeudi 5 février)

Communiqué de l’Elysée : La « Guadeloupe », territoire de la « république » ?  Nos services vous rappellent que toute communication au patron chef de l’état doit être rédigé en langue française exclusivement. Pour les stupéfiants mentionnés, vous faites comme d’habitude pour la livraison.

Jean-Marc Ayrault, président du groupe PS à l’Assemblée :

« Le président n’a pas seulement eu un tardif éclair de lucidité, il a donné raison à ce que nous n’avons cessé de dire et de promouvoir: une relance fondée sur un nouveau modèle de partage et de développement: emploi, pouvoir d’achat, investissement » (Déclaration, jeudi 5 février)

T’as passé ta soirée avec François ? Remarque c’est votre droit…vous avez regardé quel film dis-moi ?

Jean-Louis Bianco, président PS du conseil général des Alpes-de-Haute-Provence :

La suppression de la taxe professionnelle, annoncée pour 2010 par Nicolas Sarkozy, « est une perte de 26 milliards d’euros pour les collectivités et de 27 millions d’euros pour les Alpes-de-Haute-Provence, ce qui représente 40% de nos recettes fiscales ». « C’est énorme ».

C’est pas bien quand on a les bons chiffres de pas les partager avec les copains…

L’idée avancée par le président de République de compenser cette perte par une taxe carbone est « totalement vague », « surtout qu’une telle taxe n’est pas facile à mettre en place ».

Et elle serait juste ? Ah la facilité ça c’est un centre d’intérêt pour politique…

Je suis « en colère par cette annonce faite sans concertation »

Oh là là, « colère », « concertation », fais attention au PS c’est des gros mots…tu risques des sanctions…tu devrais passer tes soirées avec François…

que « depuis des années, l’Etat n’honore pas sa parole de transférer des moyens lorsqu’il transfère des charges ». « Il doit aux départements 1,5 milliard d’euros sur le RMI, sans parler de l’APA [allocation personnalisée pour l’autonomie, ndlr], des routes et des collèges ». (Communiqué et déclaration à l’AFP, vendredi 6 février)

On peut pas arroser les banquiers et les collectivités territoriales…elles n’ont qu’à emprunter aux banquiers arrosés, les pauvres paieront les intérêts.

Alain Vidalies, secrétaire national du PS au Travail et à l’emploi:

« le président a été très hésitant sur les solutions et a été parfois incohérent quant aux propositions qu’il a lancées ». (Déclaration, jeudi 5 février)

« hésitant », « parfois incohérent »…hummm, bientôt secrétaire d’état d’ouverture ?

Jean-Christophe Cambadélis, député PS de Paris :

« Nicolas Sarkozy maintient le cap sur l’essentiel, propose des suggestions sur le superflu. Le président de la République a mis à côté de la plaque en maintenant sa ligne alors que tout change ». (Déclaration, jeudi 5 février)

Non: Tout change sauf le PS.

A la droite républicaine:

François Bayrou, président du Mouvement Démocrate (MoDem) :

« Tout le discours d’hier soir engage le pays vers des déficits abyssaux ». « Et cela, nous devrions tous avoir le courage de le refuser ».

Cette obsession du déficit chez Neuneu nous prouve en tout cas que le bourrage de crâne a très bien fonctionné dans les têtes vides, et en plus ça tiens longtemps, il doit être bouché.

« La suppression de la taxe professionnelle, de la première tranche de l’impôt sur le revenu, la multiplication d’interventions nouvelles et de long terme, tout cela nous entraîne vers une situation catastrophique, de laquelle le pays aura le plus grand mal à sortir ». « En période de crise, on doit choisir des interventions de relance fortes, à condition qu’elles soient ponctuelles et ne créent pas de dégradation durable des finances publiques ». « Abandonner les équilibres de long terme pour les effets d’annonce d’une seule émission, ce n’est pas responsable ».

Rien n’est à long terme avec Nico, il change d’avis comme Carla change d’amant…

« Il y a eu multiplication d’annonces de sujets de discussion, prévues pour trois à six mois, avec les syndicats, comme s’il s’agissait d’abord de gagner du temps ».

On appelle aussi ça « endormir la populace », à noter que visiblement cette technique ne fonctionne plus sur un crâne bourré auparavant…

Il a aussi relevé des « affirmations grossièrement fausses » concernant la nomination des présidents de l’audiovisuel public, avec « trois contrevérités en trois phrases ». « La « nomination en Conseil des ministres », ce n’est pas une nomination du gouvernement, c’est évidemment une nomination du président ». « L’approbation du CSA, on ne peut pas la présenter comme un rempart alors qu’on vient d’affirmer que l’institution a été pendant des années aux ordres ». « Enfin, il est absolument faux d’affirmer que l’opposition doit donner son accord au parlement : la majorité qualifiée n’est requise que pour un veto, ce qui la rend d’ailleurs totalement hors de portée ». (Communiqué, vendredi 6 février)

C’est bien, tu peux faire de vraies critiques parfois…

Didier Bariani, ancien ministre, modem :

« de tonalité plus tolérante, moins définitive et plus abordable que parfois, il reste maintenant au Président de la République de forger une adhésion nationale autour de sa volonté réformatrice ». (Communiqué, vendredi 6 février)

Plus fort que Vidalies ! Ministre d’ouverture étiquette « nouveau centre » bientôt ?

A la droite de la droite républicaine, disons, la droite totalitaire pour rester polis:

François Fillon, Premier ministre :

« Nos concitoyens ont vu un président de la République totalement engagé à leurs côtés ».

Moi qui croyais qu’il vivait chez Amélie Poulain, en fait non son pays c’est le CAC40.(Communiqué, jeudi 5 février)

Jean-François Copé, président du groupe UMP à l’Assemblée:

« Nicolas Sarkozy a su trouver le ton et les mots justes pour rassurer les Français, en expliquant les choix de la France, en remettant notre action en perspective et en traçant la voie des réformes indispensables qu’il nous faut conduire ». (Déclaration, jeudi 5 février)

Pour avoir de bons soldats il faut des lieutenants loyaux, celui là est pire que ça encore…je ne sais pas si ça rassure quelqu’un…

Xavier Bertrand, Secrétaire général de l’UMP :

Aux « questions directes, précises » des Français, le président de la République a apporté des « réponses directes, précises » et « des propositions fortes ».

Et « gentilles » Xavier ? Tu as oublié « gentilles »…

« Il fallait aussi des solutions nouvelles qui ne sont pas imposées. Elles sont mises en débat mais elles vont trouver leur place dans le rendez-vous du 18 février avec les partenaires sociaux ».

J’ai le droit de sécher ? En plus je suis un mauvais partenaire…

A ces partenaires sociaux « qui étaient engagés dans la manifestation du 29 (janvier) le président de la République propose une feuille de route », « de travailler en commun pour sortir de cette crise le plus vite possible ».

A propos de travail en commun, c’est où les prochaine svacances de milliardiares ? Sur un Yacht, A Dubaï ? Dans la villa au bord d’un lac d’un milliardaire ?

« La volonté est claire, c’est une mobilisation totale pour l’emploi, en faveur des salariés, notamment ceux que l’on appelle les classes moyennes et qui gagnent le SMIC »,

Un petit lien pour ta culture Xavier…

ou « un peu plus », et « qui n’arrivent pas à s’en sortir ». Il a cité notamment la suppression de la première tranche de l’impôt sur le revenu, l’augmentation des allocations familiales, la suppression de la taxe professionnelle « pour protéger l’emploi et les salariés ». Concernant un deuxième mandat de Nicolas Sarkozy : « la vraie question des Français n’est pas de savoir qui sera employé en tant que président de la République, c’est comment je fais pour garder mon emploi, pour joindre les deux bouts ».

Ben toi t’as trouvé, tu ne te sers pas de ta langue que pour parler…

Maurice Leroy, porte-parole du Nouveau Centre:

Nicolas Sarkozy, « refusant le renoncement a redessiné ce soir pour les Français un horizon politique », avec « volonté », « détermination » et « pédagogie ». (Déclaration, jeudi 5 février)

On appelle pas ça redessiner mais repasser. Attention au sens des mots même si ce sont des paronymes « pédagogie » n’est pas synonyme de « démagogie », « volonté » n’a pas tout à fait le même sens que « obstination » et « détermination » est beaucoup plus respectueux que « autoritarisme ».

Jean-Marie Le Pen, président du Front national (FN) :

Les habituelles divagations qui ne valent d’ailleurs pas la peine d’être citées. En fait c’était pas la 605 ni le « paquebot » qu’il fallait vendre, c’était le vieux, ça aurait pu faire l’affaire d’un zoo ou d’un cirque.

Chez les syndicats :

Laurence Parisot, présidente du Medef :

« Bien sûr, c’est une bonne mesure, très compliquée à mettre en oeuvre, mais c’est une bonne mesure à condition qu’elle ne soit pas remplacée par un autre impôt qui va pénaliser le même secteur d’activité ».

Oui Laurence…un impôt en moins c’est une bonne mesure…à condition qu’il ne soit pas remplacé par un impôt frappant quelqu’un d’autre que les pauvres…

« Nous savons que la taxe professionnelle, c’est ce qui pénalise l’industrie française. Aucun pays industrialisé n’a un impôt de ce type qui pénalise l’investissement, le futur », a-t-elle rappelé,

Pour rappel les dépenses d’investissement sont justement celles qui ouvrent droit à exonération de taxe pro…mais plus à un mensonge près la Laurence…

indiquant que la suppression de cette taxe aura également un impact positif sur l’emploi et les salariés. « Nous sommes tous d’accord pour dire que la priorité c’est l’emploi, d’éviter les fermetures de sites, et d’éviter le plus possible des faillites d’entreprises. Et quand le président de la République envisage de supprimer la taxe professionnelle, ce n’est pas huit milliards pour les entreprises, et zéro pour les salariés ». (Déclaration, vendredi 6 février)

Non, c’est vrai c’est 27 milliards en moins, au bas mot pour les entreprises, par contre ça reste 0 pour les salariés puisqu’on n’a jamais vu des dirigeants augmenter les salaires sans y être contraints…au fait les prudhommes ils te lâchent un peu Laurence ?

François Chérèque, secrétaire général de la CFDT :

« Il n’y a pas beaucoup de mesures concrètes, donc il ne peut y avoir que de la déception ». « Les attentes sont énormes, on l’a vu le 29 et pour l’instant les réponses ne sont pas à la hauteur ».

C’est le moins que l’on puisse dire…

Il juge qu' »il y a des pistes ouvertes », et que c’est aux syndicalistes « d’essayer d’en tirer le maximum ». « Ma préoccupation est de savoir ce qu’on pourra ramener sur l’emploi et le pouvoir d’achat le 18 » février. Interrogé sur une nouvelle journée d’action intersyndicale, il a répondu: « Avant le 18, certainement pas ».

Ben non, faudrait surtout pas profiter de cet élan de mobilisation et de l’adhésion qu’y témoigne l’opinion…quel casseur de grève celui là quand même ! Le patron de syndicat qui n’accepte de lancer un appel à la mobilisation que quand on l’y force…il est très fort.

« Que l’on se revoie le 19 pour décider de faire quelque chose en mars, ou qu’on dise « on fait quelque chose en mars qu’on retirera éventuellement en fonction des résultats du 18″ n’est pas l’essentiel. L’idée est d’organiser une journée si c’est nécessaire ».

Ce sera nécessaire quand pour toi ? Quand tout le monde sera crevé de faim ?

Sur la fiscalité, il faut en « parler globalement », notant notamment que la suppression de la première tranche d’impôt sur le revenu « profiterait à tout le monde au-dessus » et que « le président de la République n’a pas abordé le bouclier fiscal pour ceux qui sont au-dessus ». Pour les jeunes, il prône une mesure « genre RSA » et une mesure d’accès au logement. Il a souligné que, « pour les sans emploi, la convention d’assurance chômage négociée prévoit une allocation à partir de 4 mois de travail dans les 28 derniers mois et suggéré une formation avec une allocation pour les jeunes qui n’ont jamais travaillé ».

Merci de faire la pub Sarkosienne, tu est payé pour ? Pense à bien remplir ta déclaration, le travail au black c’est pas bien…

Sur l’indemnisation du chômage partiel, « il faut aller plus loin » et « responsabiliser les entreprises ».

PTDR… »responsabiliser les entreprises » excuses moi…j’ai pas pu me retenir.

Si les PME en difficulté peuvent être aidées par l’Etat pour qu’elles ne mettent pas « la clé sous la porte », « de grosses boîtes, comme Mittal ou Renault, peuvent faire plus ».

« peuvent »…là est tout le problème…

Concernant le partage des profits en trois tiers, il estime que « c’est à moduler » selon les cas, se montrant « content que le président de la République propose le débat », mais rappelant que « Laurence Parisot a quasiment fermé la porte ».

Et toi tu la gardes…

« Quand il y a un département français qui est en grève générale depuis maintenant 15 jours et qu’il n’y a pas une question là dessus, je pense que les journalistes n’ont pas fait leur travail. C’est un oubli qui est dommageable pour nos compatriotes d’Outre-mer ».

Les journalistes ne font pas leur travail ? Les syndicalistes…toi par exemple ? C’est pas fini de dénoncer ses petits camarades…

Lors de l’intervention télévisée, « il y avait une forme de mise en scène. On avait le sentiment par moments que les journalistes posaient des questions pour amener des réponses, on l’a vu sur les propositions. Je ne peux pas les accuser de non professionnalisme, mais on avait parfois un peu ce sentiment. La preuve, ils ont zappé certains sujets, ce qui dommageable ».

Une mise en scène ? Comme si Nico ce n’était que de la Com, qu’il choisissait les patrons des journalistes (le président de France Télévision par exemple) ou qu’il était leur ami (comme Martin Bouygues) ? Tu délires là…

« Il y a un vrai problème de pouvoir d’achat en Guadeloupe » et que « si c’est 200 euros maintenant pour une fois c’est réaliste, 200 euros pour toujours c’est très compliqué ».

On dirait qu’ils sortent de ta poche ces 200 €…

« Il faut revoir tout le système d’organisation sociale » en Guadeloupe « pour qu’il n’y ait pas les inégalités qui provoquent pour les gens du privé une vraie difficulté de consommation ». « La vraie difficulté, c’est que les fonctionnaires sont payés une fois et demi et les gens du privé non. Si les prix augmentent, il y a une augmentation de la prime de vie chère mais ceux qui ne l’ont pas tirent vraiment la langue ». (Déclaration à BFM-TV et RMC et communiqué, vendredi 6 février)

Ben voilà c’est la faute des fonctionnaires…ces privilégiés…c’est toi aussi qui a rédigé le communiqué de la CFDT fonction publique ? Je n’ose même pas écrire ce que je te ferais à leur place…

Les réactions de la vraie gauche :

Aucune ! Pour cause d’absenteïsme…la gauche est partie avec le père de l’ex-chanteur des Fatals Picards…vous ne le saviez-pas ?

Schijo




Il casse la Barack !

Raisonner l’économie est-ce possible ? Conditionner les aides de l’état, est-ce possible ? Barack Obama a annoncé son intention de limiter les revenus des patrons des entreprises recevant des aides publiques à 500 000 $ annuels. Voilà qui soulève un véritable tollé en France ou le patron bien plus encore qu’un dieu ne saurait se voir poser des conditions ou des restrictions à sa pleine jouissance du bien collectif…

De Pari-sotte à S(ou G)eux, donc de la sainte protectrice des patrons à l’organe de presse du patronat (déguisé en magazine économique) tout le monde crie son indignation…mais après tout quel mal y aurait-il a ramener l’écart entre les plus hauts et les plus bas revenus à un rapport plus raisonnable ? Si l’on interroge les français la majorité d’entre eux se prononcent pour un rapport compris entre 1/10 et 1/20…quand dans la réalité ils rêvent tous de toucher 400 fois plus qu’un SMIC comme la moyenne des dirigeants du CAC40 (officiellement et sans compter la Suisse, Monaco, le Luxembourg, les Caïmans, etc…).

500 000 $ annuels, c’est environ 32 SMICs français, ce qui n’est tout de même pas rien…

Après avoir crié au scandale, la représentante de la CGT des patrons (car c’est ce qu’est avant tout le MErDEF), tente aujourd’hui de soutenir sa thèse…allez en français et en intégralité dans le texte car ça vaut son pesant d’or :

« C’est le risque que partent des hommes ou des femmes qui sont peut-être pour partie responsables du drame économique actuel. Mais qui sont aussi les plus compétents pour mettre en place les solutions » (La Tribune du jeudi 5 février)

Sans commentaire…




La rupture ? Pas avec le déficit commercial en tout cas…

Déficit commercial record de 55,66 milliards d’euros en 2008

Je me souviens d’un petit gars qui nous prétendait détenir toutes les solutions pour sortir la France de la difficulté, la rendre compétitive…depuis son élection, et pour sa première année civile complète d’exercice, il est surtout en train de la faire plonger encore plus (mais il est bien aidé par ses petits copains).

En effet, et contre toutes ses promesses électorales, la France vient encore de battre un record de déficit, commercial cette fois. Ce qui nous prouve que malgré la destruction de tous nos acquis sociaux survenus depuis mai 2007 la France est encore moins performante comparée aux autres pays avec lesquels nous entretenons des relations commerciales.

Notre précédent déficit commercial (2007) s’élevait à 40 milliards d’euros, ce qui représente pour 2008 une augmentation de déficit de 33% (à la louche).Et pas de crise en excuse, elle est trop récente et les autres pays la subissent aussi.

Bravo M le président, bravo mesdames et messieurs les ministres, bravo mesdames et messieurs les patrons….c’est fou ce que la France se porte bien quand on vous la confie !

Sur le Nouvel Obs…




SarkoTV ce soir encore…

Un éditorial à méditer, celui de Denis Sieffert pour Politis…

Besancenot: « continuer le combat »

Sinon à propos de la page de pub sarkosienne de 90 minutes de ce soir…vous êtes sûrs de n’avoir rien d’autre à faire ?




  • Nuage de tags

  •  

    • 2016 (1)
    • 2015 (5)
    • 2013 (5)
    • 2011 (1)
    • 2010 (27)
    • 2009 (155)
    • 2008 (9)
  • ACTA